Les coqs de Firenze: la fin d’une ère

Par Tristan Pubert publié le 10 Août 2019

Ces dernières saisons, la Fiorentina était la destination favorite des joueurs français en Italie. Néanmoins cet été, le club toscan a vu nombreux de ses coqs quitter le poulailler : Veretout s’est engagé avec la Roma, Laurini a rejoint Parma et Lafont est prêté deux ans avec option d’achat du coté de Nantes. Et finalement les français toujours sous contrat avec la Viola, à savoir Eysseric, Dabo, Théréau et Koffi sont ceux pour qui l’aventure vire au spectre.

Veretout, seule satisfaction

Deux saisons pleines faisant de lui un pion indispensable de cette Fiorentina, Veretout a su conquérir l’Italie et le cœur des tifosi florentins avec 69 matchs en deux ans. L’ancien numéro 17 de la Viola n’a cessé d’enchaîner les grosses prestations sans jamais baisser le pied. Une régularité impressionnante qui a fait de lui par moments, l’un des meilleurs milieux de terrain de Serie A. Le dernier exercice a été plus difficile car Veretout évoluait dans une Fiorentina en période de transition sportive et financière. Son expérience en Toscane a été un véritable tremplin et son départ pour la capitale est un choix logique et cohérent pour lui, la Fiorentina devenant trop « petite ». En rejoignant l’AS Roma, le milieu de terrain évoluera dans un club à la hauteur de ses ambitions. En deux saisons, Veretout a de loin été le meilleur français à la Fiorentina et son passage en Toscane restera une réussite aux yeux des tifosi.

Les encouragements pour Lafont

Une arrivée l’été dernier plutôt inattendue pour un gardien qu’on annonçait avec insistance vers les écuries anglaises. Mais finalement, Alban Lafont rejoint la Fiorentina pour la somme de 8,5 millions d’euros. Mitigé, tel est l’adjectif pour qualifier la seule saison du gardien de 20 ans dans les buts de la Viola qui disputera 34 matchs de championnat. Il lui a souvent été reproché de jouer avec le feu et de ne pas dégager une grande sérénité, que ce soit au pied ou dans ses sorties, deux domaines de progression importants.

Tout n’est pas à jeter cependant puisque le natif de Ouagadougou reste impressionnant sur sa ligne de part son imposant physique (1m93) mais surtout avec ses réflexes rapides, capable de sortir des parades de grande classe comme face au Napoli et Mertens. Ce n’est pas son niveau qui a entraîné un départ vers Nantes mais surtout le retour de prêt de Dragowski. Auteur d’une belle saison personnelle à Empoli, le gardien polonais a mis Lafont dans l’ombre aux yeux des dirigeants. Au final, le jeune espoir français partira au FC Nantes dans son pays natal, un environnement qui lui sied mieux.

Beaucoup de déceptions

La Toscane n’a pas réussi à tous les joueurs français et pour beaucoup, cette aventure a tout d’un flop. Pour Valentin Eysseric et Dabo qui sont arrivés tous les deux de Ligue 1, la marche semblait trop haute et ils ne se sont pas imposés dans le onze type florentin. Néanmoins le Franco-Burkinabé a montré des choses intéressantes sur ses entrées en jeu. Si Dabo pourrait rester à Firenze, l’avenir d’Eysseric devrait se dessiner ailleurs. Âgé de 36 ans, Théréau vit une expérience florentine fantomatique, incapable de gratter du temps de jeu malgré un Simeone décevant la saison passée. Un départ dans un club moins huppé comme Lecce (le promu est intéressé) est une hypothèse concrète. Laurini a lui compris que la situation était trop délicate, le latéral français s’est engagé avec Parma. Enfin le jeune Christian Koffi se contente pour le moment d’évoluer avec la Primavera.

Tristan Pubert

Rédacteur



Lire aussi