Les cinq grands bonhommes du titre de la Juventus

Par Boris Abbate publié le 22 Avr 2019

Beaucoup trop forte et largement supérieure à tous ses adversaires cette saison en Serie A, la Juventus n’aura finalement eu besoin que de quelques mois pour décrocher son huitième Scudetto consécutif. Un nouveau record pour la Vielle Dame, et un titre acquis en grande partie grâce à certains hommes clés durant l’exercice.

Joao Cancelo, le feu-follet

Arrivé pour 40 patates à l’intersaison en provenance de Valence, Cancelo devait incarner le renouveau sur le flanc droit de la défense turinoise. Et il n’aura pas fallu beaucoup de temps pour s’apercevoir que le latéral portugais était simplement l’un des meilleurs en Europe à ce poste là. Incroyablement facile avec le ballon et omniprésent offensivement, le défenseur a réalisé une première partie de saison en boulet de canon avec la Juventus. Alors certes, défensivement, le Portugais a laissé apparaitre quelques lacunes au fil de la saison, mais avec un peu plus de travail et d’application, il pourrait facilement devenir une référence mondiale à ce poste là. Au travail !

Giorgio Chiellini, le guerrier

Orphelin de Gigi Buffon parti au PSG cet été, le bon vieux Giorgio se retrouvait seul comme vrai capitaine de la Juventus cette saison. Et comment le rugueux défenseur italien a assumé le nouveau rôle ? Tout simplement en étant le meilleur à son poste en Italie, et peut être même en Europe. Avec son pote Bonucci revenu au bercail, le garçon au grand nez aura livré un récital tout au long du championnat, toujours aussi affuté, concentré et appliqué. Mais le temps passe aussi dans les veines du Toscan, et à 34 ans et avec un temps de jeu qui diminue d’années en années (18 titularisations en Serie A), il faudrait peut être s’activer pour trouver un remplaçant de ce niveau là. Et autant le dire tout de suite : la tache s’annonce quasiment impossible.

Mario Mandzukic, le gladiateur

Lui aussi, à l’instar d’un Cancelo, aura vécu un 2019 beaucoup plus compliqué. Mais en prenant du recul, et en se focalisant principalement sur la première partie de saison, les performances du Croate ont juste été exemplaires. Deuxième meilleur buteur du club derrière Ronaldo avec 8 buts, deuxième meilleur passeur avec 6 passes décisives, souvent capitaine et jamais avare de replis défensif en tout genre, Mandzukic est tout simplement un des grands bonhommes de ce huitième Scudetto consécutif. Sans oublier que l’attaquant aura été décisif dans tous les gros chocs de Serie A cette saison, avec des buts qui ont à chaque fois décidé la victoire, contre le Napoli, la Lazio, la Roma, l’Inter et le Milan. Rien que ça. Mario Mandzu-KING !

Massimiliano Allegri, le chef d’orchestre

On dit souvent que derrière chaque grand homme se cache une femme. Et bien à Turin, derrière la grande Vielle Dame, se cache Massimiliano Allegri. Car ce Scudetto est principalement l’oeuvre du grand Max’. Ce dernier appliquant une nouvelle fois ses fameux principes de jeu, avec une défense avant tout bien organisée et une liberté de mouvement totale en attaque. Alors oui, certains rabâcheront surement ce fond de jeu nonchalant et ce pragmatisme poussé à l’extreme, qui a notamment fait défaut en Europe. Mais c’est la méthode Allegri. Et avec la Juventus, en Italie, cela fait déjà cinq Scudetti consécutifs pour l’entraineur toscan. Faut-il encore le rappeler.

Cristiano Ronaldo, la superstar

Evidemment. Attendu par tout le monde entier, le géant Portugais n’aura eu besoin que de 4 petites journées pour régler la mire et enfiler les cacahuètes dans les buts adverses en Serie A. Un doublé face à Sassuolo, un but à Frosinone, contre le Genoa, à Udine et ainsi de suite. Pour un total de 19 buts dans l’exercice. Ce qui fait de lui le meilleur buteur du club, mais aussi le meilleur passeur avec 8 passes décisives. En ajoutant également que l’ancien du Real est le joueur le plus utilisé cette saison. Le tout à 34 ans. Monstrueux.

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi