Les carnets de l’Euro : Andrea Belotti, capitaine courage de cette Nazionale

Par Teo Contu publié le 20 Juil 2021

Remplaçant attitré de Ciro Immobile, Andrea Belotti s’attendait à avoir un temps de jeu peu conséquent sur cet Euro. S’il n’a pas marqué, l’attaquant du Toro a su mettre son physique au service de l’attaque de la Nazionale. Retour sur sa compétition.

Utile sur les fins de rencontres

Avec Mancini, la concurrence au poste de 9 a été saine. Ciro Immobile et Andrea Belotti se connaissent depuis longtemps. Ils ont notamment évolué ensemble, du côté du Torino. Mais pour arriver titulaire à cet Euro, Il Gallo n’avait qu’un seul chemin à emprunter. Celui de réaliser une meilleure saison que son ex-coéquipier. D’autant que Roberto Mancini n’avait pas encore tranché entre les deux durant les éliminatoires.

Mais encore une fois cette saison, Ciro Immobile a bouclé un meilleur exercice que son concurrent direct. 7 réalisations de plus que lui en championnat (20 contre 13), mais surtout une saison bien moins éprouvante. La Lazio sera européenne l’an prochain tandis que les hommes de Davide Nicola ont dû attendre la 37ᵉ journée pour s’assurer le maintien dans l’élite. Le choix était donc vite fait pour Mancini.

Lors de cet Euro, Belotti sera donc rentré face à la Turquie, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne et l’Angleterre. Titulaire face au pays de Galles, il n’aura pas cependant foulé la pelouse face aux Suisses (victoire 3-0). Des entrées intéressantes à chaque fois, où son travail au dos du but est à saluer. Mais Belotti n’aura pas ouvert son compteur but sur cette compétition et il reste donc à 12 réalisations sous le maillot Azzurri.

Les penaltys, c’est quitte ou double

Face à l’Espagne et l’Angleterre, Belotti faisait partie des 5 tireurs lors de la séance des tirs au but. Rentré en cours de match en lieu et place d’Insigne sur ces deux rencontres, son rôle n’aura pourtant pas été le même lors de ces deux séances.

Face aux Hispaniques, il s’élance en deuxième. L’Italie, qui commence cette séance de T.A.B voit la frappe de Manuel Locatelli stoppée par Unai Simon. Dani Olmo loupe le sien de son côté. Habitué de les tirer avec le Torino, le buteur de 27 ans ne tremble et envoie un missile dans le petit filet gauche. L’Italie s’imposera 4-2 au cours de cette séance haletante.

Face aux Anglais, le numéro 9 s’élance une nouvelle fois en tant que deuxième tireur. Berardi a transformé son tir, Harry Kane également. Balle au centre. Mais cette fois-ci, le buteur du Torino prend une course d’élan assez centrée face au ballon. Dès lors qu’il s’élance, il ouvre son pied et semble préparer une frappe à droite de la cage du portier anglais. Pickford anticipe, l’Italie manque son deuxième pénalty. Un raté heureusement sans conséquence.

Ses notes*

Phases de poules : 5.5

Phase à élimination directe : 6

Finale : 5.5

Moyenne : 5,7/10

Sans être brillant sur cette compétition, Andrea Belotti aura tout de même montré qu’il était essentiel au bon fonctionnement de l’attaque de cette Nazionale. Une concurrence saine avec Ciro Immobile, son grand-ami et une capacité à se transcender sur chacune de ses entrées auront permis de l’autre côté au buteur laziale d’être prêt physiquement sur chacune des rencontres qui s’enchaînaient. Un détail non-négligeable dans l’optique de créer une véritable cohésion de groupe. Mais pour revenir à Belotti, on peut tout de même regretter qu’il n’ait pas trouvé la faille sur cet Euro. Notamment face aux Pays de Galles, lui qui avait débuté cette rencontre titulaire.

 

Teo Contu

Étudiant en L3 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Lire aussi