L’énigme Gabigol !

Par Nadhem Korbi publié le 31 Mar 2017

Sa présentation à l’Inter a rappelé celle de l’immense Ronaldo à l’époque. Tout le monde attendait beaucoup de Gabigol mais enfin le public interiste n’a vu son prodige fouler les pelouses que 8 fois pour seulement 1 but. Peut-on parler d’un flop ? Pas vraiment. Pour un autre joueur, âgé de 20 ans et qui vient de débarquer en Italie, ces statistiques peuvent paraitre assez logiques. Surtout lorsqu’il s’agit de la 1ère saison, celle de l’adaptation. Le problème, pour le cas de Gabriel Barbosa, consiste dans la manière avec laquelle il a débarqué à l’Inter. Alors qu’il vient de railler l’Europe, l’attaquant brésilien est déjà considéré comme une star. Le poids de son nouveau statut était visiblement très lourd pour lui. C’était donc le 1er facteur qui n’a pas facilité son adaptation.

A-t-il vraiment sa place ?

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le poste de prédilection de Gabigol n’est pas celui de l’attaquant de pointe. En effet, le Brésilien préfère évoluer sur le côté droit, même s’il peut aussi dépanner sur le côté gauche. Le comparer donc à Icardi ne servira à rien. Toutefois, ses concurrents pour un poste de titulaire sont costauds eux aussi. Que ce soit Candreva ou Perisic, ça sera très dur de déloger l’un d’eux. Depuis le passage de De Boer jusqu’à l’arrivée de Pioli, les 2 ailiers n’ont pratiquement jamais quitté le 11 de départ. La solution ? Pas grand chose de demandé. Juste du temps de jeu pour la pépite interiste. Il est quand même étrange qu’il soit derrière le vieillissant Palacio dans la hiérarchie des attaquants ! Gabigol doit participer davantage dans les matches pour hausser son niveau. Pioli et compagnie doivent avoir ceci dans la tête.

Ne pas se précipiter

La situation de l’Inter, surtout au début de l’exercice actuel, n’a pas aidé Barbosa à bien s’adapter avec son nouveau milieu. A force de trop se concentrer sur son cas, la plupart oublie qu’il n’est qu’un jeune gamin de 20 ans. Et même si sa marge de progression est forcément énorme, il ne faut pas brûler les étapes. Le championnat italien est, pour le malheur de de Gabigol, très exigeant tactiquement. En Italie, il ne suffit pas de faire des coups de foulards, des bicyclettes ou des skills. Tout le monde doit jouer pour l’équipe avec efficacité. Et pour faire comprendre ceci à un jeune sud-américain, il faut forcément du temps. Son heure arrivera coûte que coûte. L’essentiel est d’être prêt le jour-j. Alors patience ! Gabigol n’a pas encore dit son dernier mot même si un prêt se profile si la situation n’évolue pas d’ici la fin de la saison.

Nadhem Korbi

Rédacteur



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]