Lele Oriali et l’Inter, une grande histoire d’amour

Par Frédéric Marjary publié le 31 Juil 2019

Nouveau team manager de l’Inter depuis fin juin, Gabriele Oriali revient dans le club pour lequel il a voué plusieurs années de sa vie. D’abord en tant que joueur, puis en tant que dirigeant. L’objectif de ce retour ? Aider le duo Marotta-Conte à détrôner la Juve et ramener la Beneamata sur le toit de l’Italie puis de l’Europe.

Oriali, interista vero

Né en 1952 à Côme en Lombardie, Gabriele Oriali se passionne et devient tifoso de l’Inter dès son plus jeune âge. En 1965, à 13 ans, il intègre le centre de formation du club. Il réalise son premier match professionnel à 18 ans lors de la saison 1970-1971 et remporte le Scudetto au terme de celle-ci. Milieu de terrain, « Lele » était rugueux et combatif mais il était aussi tout à fait capable de réaliser des incursions et des percées dans le camp adverse. Sacrifice et passion. Ces deux éléments étaient la recette pour gagner selon lui, son véritable leitmotiv. Gianni Brera le surnommait « Piper », en référence au champagne rémois. Il ne buvait pas, mais sur le terrain, il était autant explosif qu’imprévisible. Auteur de 43 buts sous les couleurs nerazzurre, il en a surtout mis six contre le Milan AC. Comme il l’expliquait lui-même, il avait un rapport spécial avec le Derby della Madonnina. « C’est le match que j’ai toujours le plus aimé. Le derby ne m’a jamais effrayé, au contraire. Il me galvanisait. » En 13 saisons avec les Nerazzurri, il a disputé 394 matchs. Il a remporté deux championnats et deux Coppe avant de rejoindre la Fiorentina en 1983. Sous sa période intériste, il a également était un grand artisan de la victoire de l’Italie à la Coupe du Monde 1982. Il est revenu à la direction du club en 1999 et a permis au club de gagner cinq Scudetti, trois Coppe, trois Supercoppe mais surtout une Champions League en 2010 sous l’ère Mourinho.

De l’ADN bleu et noir dans l’organigramme

Si les arrivées de Marotta puis Conte, estampillés Juventus, ont pu faire grincer les dents de certains tifosi, celle d’Oriali permet de calmer le jeu et montrer que l’Inter souhaite s’entourer de ses légendes dans la hiérarchie. Interista pur sang, bien vu du côté du public, capable de gérer un vestiaire comme peu de dirigeant, le retour de Lele ne peut être que positif pour le club. Figure emblématique du Triplete, l’opportunité de le ramener à Milan avait déjà été étudiée en janvier. Bien installé avec la Nazionale, Oriali avait décliné une première fois l’offre de Marotta. Impliqué dans le projet de Mancini avec qui il a un très bon feeling, il s’est finalement laissé tenter mais a décidé de conserver sa casquette Squadra Azzurra. Avec l’Euro qui arrive, le défi s’annonce excitant pour celui qui a été un héros pour son club mais également son pays. Mais l’excitation est surtout présente du côté des supporteurs de l’Inter, qui rêvent de revivre les belles années vécues sous la gestion de Gabriele Oriali.

Frédéric Marjary



Lire aussi