L’effectif de l’Atalanta va-t-il être totalement renouvelé ?

Par Nicolas Segura publié le 01 Sep 2020

Après ce deuxième podium d’affilée, la Dea n’est plus une surprise. Grâce à son recrutement intelligent, l’effectif s’est renforcé d’année en année. En achetant des joueurs peu connus, les dirigeants bergamasques arrivent régulièrement à faire des plus-values. Poste par poste, l’Atalanta voit ses joueurs être de plus en plus convoités, mais souhaite continuer sa politique de recrutement. Sans faire trop de bruit, les scouts parcourent l’Europe à la recherche d’une bonne affaire.

Gardiens et défense

À moins d’une belle offre, Pierluigi Gollini ne quittera pas le navire. Très précieux cette année et en progression, les clubs anglais tels que Tottenham le suivent de près. Du côté des arrivées, l’Atalanta songe à Mattia Perin (Juventus) en cas de départ de Gollini. Marco Carnesecchi, jeune du centre de formation, peut espérer intégrer l’équipe première, après une excellente saison du côté de Trapani.

Le point faible de l’Atalanta, c’est la défense. De ce côté-ci, Berat Djimsiti, Rafael Toloi et José Luis Palomino devraient continuer l’aventure. Ce dernier est surveillé par le Real Betis et des clubs argentins, mais est en contrat jusqu’en 2023. Mattia Caldara et Bosko Sutalo progressent et il serait étonnant de les voir partir. Pour renforcer la défense, Gasperini et la direction pistent Cristian Romero (Genoa, prêté par la Juventus) et Marcos Senesi (Feyenoord). Pour les deux joueurs, un montant d’au moins 20 millions d’euros serait nécessaire. Ces recrues pourrait apporter de la vitesse dans un secteur qui en manque cruellement.

Pistons et milieux

Au début de l’été, la situation des latéraux était incertaine. Robin Gosens est toujours très convoité, mais ne partira qu’en cas d’une très belle offre. L’Inter et des clubs allemands sont sur le dossier. Hans Hateboer, il y a deux semaines, souhaitait changer d’air, avant de changer d’avis. Lui aussi ne manque pas de prétendants. Cependant, Timothy Castagne est lui sur le départ. Moins en vue lors de cette saison, il cherche un point de chute. Des grands clubs européens sont sur lui. Parmi eux, le PSG et Leicester, qui seraient prêts à débourser 25 voire 30 millions d’euros pour s’offrir le Belge. Davide Faraoni (Hellas) est une potentielle recrue en cas de départ de Castagne, selon Sky Sport. Arkadiusz Reca, prêté à la SPAL l’année dernière, est pour l’instant la doublure de Gosens. Le Polonais remplace Lennart Czyborra, qui se dirige vers Cagliari. Raoul Bellanova pourrait être prêté, tout dépendra de la concurrence à droite.

Arrivé de la Juventus en cours de saison, Simone Muratore ne devrait pas rester à Bergame et se dirige vers la Reggiana en prêt. Gasperini pourra compter sur son tandem Marten De Roon – Remo Freuler dans l’axe. Pasalic peut dépanner à ce poste également. L’avenir de Matteo Pessina est incertain. De retour de prêt, il ne quittera pas l’Atalanta pour moins de 15 millions d’euros. Les rumeurs parlent d’un intérêt de la Dea pour ces joueurs : Marc Roca (Espanyol Barcelone), Orel Mangala (Stuttgart) et Ibrahima Sy (Stade de Reims).

L’attaque : le point fort

L’Atalanta était en quête d’un « vice-Ilicic » depuis pas mal de temps. Elle l’a trouvé avec l’arrivée d’Alekseï Miranchuk en provenance du Lokomotiv Moscou. Durant l’absence d’un de ses meilleurs buteurs, la Dea pourra compter sur le Russe. Ruslan Malinovskyi n’est pas sur le départ. Du moins c’est ce que l’agent de l’Ukrainien affirme : « Beaucoup de clubs s’intéressent à Malinovskyi. Mais il se sent très bien à Bergame, il est satisfait de sa nouvelle vie ici. Je ne crois pas que l’Atalanta soit prête à le faire partir. » Mario Pasalić, qui est acheté définitivement par l’Atalanta, vit les meilleurs moments de sa carrière et ne s’en ira pas. Pour les tauliers Papu Gómez et Josip Iličić, les voir partir serait une grande surprise, même si le Slovène ne pourrait revenir qu’en novembre. Luis Muriel semble très bien s’acclimater à son rôle de remplaçant décisif de Duván Zapata. Ce dernier est courtisé par de nombreux clubs, dont l’Atlético Madrid. Un montant d’au moins 50 millions d’euros convaincrait l’Atalanta de s’en séparer. Sur le front de l’attaque, ça ne devrait plus tellement bouger.

Nicolas Segura



Lire aussi