Le Napoli va-t-il sauver sa saison ?

Par Rémi Falvo publié le 24 Fév 2020

Ecrire un article intitulé de cette manière il y a encore un peu plus d’un mois aurait été un mélange de folie et de provocation. Aujourd’hui, cela paraît tout-à-fait sensé. Le Napoli, victime d’une crise tonitruante tout au long de sa saison, est en mesure de sauver les meubles, voire plus. Explications.

Le tournant

La situation après la 19ème journée et une énième défaite, cette fois face à la Lazio, est la suivante : le Napoli pointe à la onzième place du classement, Gattuso à peine arrivé au club est sur la sellette, les tifosi ont déserté le San Paolo, et ont une rancoeur telle envers leur président De Laurentiis que ce dernier en a peur pour sa propre sécurité. Ce qui ne l’empêche pas de prendre des décisions théatrales, et d’augmenter le capital haine des ultras du Napoli. Sur le terrain, ce n’est guère mieux. Outre des résultats indignes d’un club comme le Napoli, les joueurs ont un criant manque de confiance, qui se ressent très fort dans l’incapacité des joueurs à concrétiser des occasions. Bref, ça sent mauvais. Un proverbe dit qu’il faut combattre le feu par le feu. Le test a été passé par les Partenopei, qui ont eu un mois de janvier blindé en termes de grands rendez-vous. Inter, Lazio, Fiorentina… Que des défaites. Bon. Puis arrive la rencontre en Coppa face à la Lazio, le 21 janvier. Cette rencontre n’est pas anodine, puisque c’est à partir de ce match que les ultras ont décidé de faire leur retour dans un stade qui commençait à sonner creux. Avec le retour des chants, et de l’atmosphère normale du San Paolo, c’est la victoire qui a repointé le bout de son nez. C’est la réussite qui a de nouveau souri à Lorenzo Insigne. C’est « un giorno all’improvviso » qui a retentit de nouveau, dans les travées du stades, en communion avec une équipe qui en avait terriblement besoin. A plus forte raison 5 jours avant la réception de l’ennemi juré : la Juventus.

Avec la cazzimma, tout est possible

Et c’est là le plus grand motif de cette saison sauvée : la victoire aussi belle que méritée face au rival bianconero. Ce sont des azzurri complètement transcendés qui ont joué ce soir-là. Une entente collective retrouvée, une confiance maximale, ont fait tomber CR7 et sa bande. Quelle joie pour tous les sympathisants du club ! Gattuso remporte une victoire tactique, ce dont il avait besoin pour enrichir son CV, et sa fierté personnelle. Avec ça, ses joueurs recommencent à bomber le torse, puis enchaînent une jolie série de 12 points en 5 matchs. Un rythme de leader, ni plus ni moins. Pourquoi cela changerait-il? De plus, en Coppa Italia, le club affiche un niveau comparable : ils sont en très bonne position pour se qualifier au tour suivant, puisqu’ils ont battu l’Inter 1-0 chez elle, à la tactique, une fois de plus. Alors pourquoi pas la gagner cette Coppa?

Les hommes de Gattuso ne sont qu’à deux matchs du titre, et le coach rapporterait un trophée au club, chose qui n’était pas arrivée depuis 2014. Si l’on rajoute à cette bonne performance potentielle, une petite folie en Champions League, on obtient la recette d’une saison sauvée. Demain c’est le Barça que le Napoli va défier. Croire en la qualification du Napoli est démesuré, tant l’écart de niveau entre les deux équipes est grand. Par contre, l’exploit d’un soir, le scénario connu de David contre Goliath, ça c’est plus probable. Une victoire face à un des meilleurs clubs au monde, cela serait historique pour le Napoli. Trente ans plus tard, on en parlerait encore. Et on parlerait de cet exploit comme un fait de cette saison, où Gattuso est arrivé, où le rival Turinois est tombé… Une équipe si mal engagée dans sa saison, en l’espace d’un petit mois, a toutes les cartes en main pour retourner la situation en sa faveur. Pour cela, les joueurs devront suivre le discours de leur entraîneur, et ce à chaque rencontre : « je veux une équipe qui n’ait pas peur, et qui joue avec cazzimma. » Un mélange de grinta et de fierté des couleurs, en dialecte. Car la saison se sauvera en dialecte.

Rémi Falvo

Rédacteur



Lire aussi