Le mercato des Azzurri

Par Paolo Del Vecchio publié le 04 Sep 2016

graziano-pellè

Salvatore Sirigu avait obtenu sa place à l’Euro car il était l’un des fidèles de Conte mais aussi de Prandelli, toujours présent depuis 2010, on ne peut plus intégré au groupe, une donnée importante dans une compétition d’une durée d’un mois. Mais le changement de sélectionneur n’a pas joué en sa faveur, d’autant qu’il était devenu le troisième gardien du PSG avant de trouver un point de chute au FC Séville, en prêt. On ne connait pas encore son réel statut au sein du club espagnol, d’autant que le prêt d’un an ne prévoit pas d’option d’achat. Il pourrait probablement retrouver un poste de deuxième gardien donc, un problème pour l’Équipe d’Italie. D’autant qu’avec l’arrivée de Donnarumma et le retour de blessure de Perin, sa place semble de plus en plus compromise en soutien de Buffon. À moins qu’il ne réussisse finalement à retrouver une place de titulaire…

Problème inverse pour Giaccherini, éblouissant à l’Euro. Prêté par Sunderland à Bologne la saison passée, il a su retrouver son niveau après un passage compliqué en Angleterre et devait trouver une nouvelle destination en fin de saison. Il a choisi d’accepter une offre du Napoli alors qu’un poste de titulaire lui tendait les bras au Torino, pas forcément la meilleure solution dans l’optique Nazionale. Certes le Napoli devra jouer un certain nombre de matchs entre Serie A, Ligue des Champions et Coupe d’Italie, mais le petit milieu d’1m67 ne fait certainement pas partie du XI type de Maurizio Sarri, bien en place depuis un an maintenant. Voyons si quelques matchs disputés par-ci par-là suffiront à Ventura pour le sélectionner…

Une belle évolution de carrière pour Antonio Candreva, à condition que les nouveaux propriétaires de l’Inter Milan gèrent le club correctement. Arrivé de la Lazio où il avait à peu près tout connu en quatre ans, il s’offre une aventure avec l’un des clubs les plus prestigieux d’Europe, une signature pour 25 millions d’euros qui sonne comme l’apothéose d’une belle carrière. Aux vues des premières indications, il devrait être important pour l’équipe, il semblerait que le nouveau coach De Boer le voit comme un titulaire. Son transfert ne devrait donc pas le priver de Nazionale, d’autant qu’il est désormais l’un des piliers du groupe azzurro.

À l’inverse, Graziano Pellè pourrait perdre son statut de numéro 9 de l’Équipe d’Italie après son départ pour la Chine. Ce n’est un secret pour personne, ce championnat n’est pas l’un des plus compétitifs au monde. S’il bénéficie pour l’instant de la confiance de Ventura, il risque de se faire dépasser progressivement par des joueurs comme Belotti, Immobile, Gabbiadini ou encore Zaza. Son joli but face à la France l’aidera certainement à repousser l’échéance, mais on l’a vu, le sélectionneur a laissé à la maison un Giovinco qui enflamme littéralement le championnat nord-américain. Le compte à rebours est lancé, d’autant qu’à 31 ans, il ne représente plus forcément le futur.

Après un petit tour d’Europe pas forcément réussi, Ciro Immobile pose enfin ses valises dans un club qui pourra le relancer. Une belle fin de saison en prêt au Torino pour valider son ticket pour l’Euro, puis retour à la case Séville. Il lui fallait trouver une solution durable pour stabiliser sa carrière et retrouver son niveau, il a choisi la Lazio dans un transfert définitif. Un club qui pourra le faire briller et pourquoi pas le propulser tout en haut de la hiérarchie des attaquants italiens.

Simone Zaza quant à lui était en mal de temps de jeu à la Juventus, une saison en demi-teinte qui lui a tout de même permis d’être sur la liste des 23 convoqués de Conte. L’arrivée d’Higuain et la permanence de Mandzukic actées, il s’en est allé outre-manche rejoindre Ogbonna à West Ham. Trouvera-t-il plus d’espaces chez les « Hammers » ? Pas si sûr avec tous les attaquants déjà présents au club, en tout cas on le lui souhaite. Son physique et sa hargne pourraient parfaitement coller au style anglais, d’autant qu’il lui sera difficile de réintégrer le groupe italien sans jouer régulièrement.

Ceux là n’ont pas joué l’Euro 2016 mais leur transfert pourrait jouer sur leur carrière internationale. Situations similaires pour Sansone et Soriano, tous deux testés par Conte, tous deux protagonistes en Serie A dans des clubs plus ou moins modestes (respectivement Sassuolo et Sampdoria), tous deux transférés à Villarreal, soit chez le quatrième de Liga la saison passée. Ou le « premier des autres », derrière les ogres Barça, Real et Atletico. Ils auront l’occasion de se montrer en Europa League notamment, et complètent leur panoplie puisqu’ils occupent tous deux un poste légèrement différent des positions qu’ils connaissaient. Sansone, habituellement attaquant gauche d’une attaque à 3, (re)découvre le poste d’attaquant de soutien d’une attaque à 2, tandis que Soriano est passé de mezz’ala ou trequartista à la Samp’ à milieu gauche à Villarreal. Des atouts qui pourraient plaire au nouveau sélectionneur. Giuseppe Rossi les a rejoint en Espagne, signant pour le Celta Vigo. On espère de tout coeur qu’il retrouvera une continuité et un niveau proche du sien avant ses blessures. Mario Balotelli a choisi de se relancer à Nice, un message fort qui semble dire « je vais tout faire pour revenir ». Et pourquoi pas une trajectoire à la Ben Arfa, au fond du trou il y a un an, passé par Nice l’an passé et aujourd’hui au Paris Saint Germain ? On peut toujours espérer, même si on a maintenant l’habitude d’être déçus avec SuperMario. Nul doute que la saison sera pleine de surprises, comme toujours. Espérons que Ventura trouvera la bonne formule pour qualifier l’Italie au prochain Mondial, créant un groupe capable de faire au moins aussi bien que celui de Conte.

Paolo Del Vecchio

Rédacteur



Lire aussi