Le malaise Immobile

Par Teo Contu publié le 13 Nov 2018

Reprendre le flambeau d’une attaque qui il y dix ans comptait dans ses rangs des joueurs comme Alberto Gilardino, Alessandro Del Pierro, Pippo Inzaghi, Totti n’est pas à une mince affaire … Une nouvelle fois convoqué pour les deux prochaines échéances à venir face au Portugal et aux Etats-Unis, le cas Ciro Immobile pose toujours question à sa présence au sein de l’attaque de la Nazionale. Et même si c’est toute l’attaque de la Squadra Azzurra qui tarde à retrouver son efficacité d’antan, il est d’autant plus frustrant de voir un homme intouchable en club et capocannionere la saison dernière avec la Lazio, ne plus avoir trouver le chemin des filets en équipe nationale depuis un an et deux mois maintenant.

Un problème de confiance avec Mancini ?

Avec 92 minutes disputées sur 360 possibles avec la Squadra Azzurra cette saison, l’attaquant semble être mis de côté par Roberto Mancini. Propos qu’il a tenu à démentir rapidement après les deux derniers matchs le mois dernier face à l’Ukraine et la Pologne : « il n’y a pas de problème d’avant centre« .

Seulement voilà, force est de constater que l’ancien du Torino n’est pas toujours préféré en attaque, rappelons qu’il était sur le banc lors de la victoire acquise face à la  Pologne le mois dernier et qu’il avait simplement la dernière demi-heure en remplaçant Bernardeschi lors du match nul concédé face à l’Ukraine un partout.

L’ancien entraîneur de l’Inter ou de Manchester City privilégie souvent l’option Lorenzo Insigne à la pointe de l’attaque quatre fois championne du Monde sans pour autant trouver la solution à cette disette offensive italienne qui semble durer (trop) longtemps.

Les statistiques d’Immobile avec la Lazio cette saison

Ciro, trop faible pour la Nazionale ?

Si le Laziale fait l’unanimité du côté du club coaché par Simone Inzaghi et ceux grâce à de nombreux buts inscrits du côté de la Lazio (76 réalisations en 104 matchs), son instinct de buteur semble être beaucoup discret avec la Squadra Azzurra: il n’a plus trouvé le chemin des filets sous ce maillot depuis plus d’un an et deux mois, et c’était un cinq septembre 2017 durant ce match remporté sur la plus petite des marges un but à zéro face a Israël.

Et si l’on se penche sur les six buts qu’il inscrit en douze rencontres durant les éliminatoires pour la Coupe du Monde 2018, on s’aperçoit assez rapidement qu’il ne trouve que le chemin des filets face à des équipes comme la Macédoine, le Liechtenstein, l’Albanie ou encore Israel mais qu’il n’a pas réussi à par exemple à tromper la vigilance des cages portées par David de Gea et ceux notamment lors de la défaite 3-0 en septembre 2017 face aux Hispaniques.

Cette inefficacité peut soulever un problème plus profond  autour du joueur de 28 ans: est-il un attaquant indispensable en Nazionale ?

Immobile , bis repetita ?

Le cas de l’attaquant formé à la Juventus est malheureusement loin d’être le seul dans cette recherche depuis bientôt dix longues d’années maintenant d’un vrai numéro neuf à la pointe de l’attaque italienne. Simone Zaza, Andrea Bellotti ou encore Mario Balotelli sont les cas les plus récents dans cet échec du renouveau du numéro neuf mais si l’on retourne un peu en arrière, on se rend compte que le problème n’était pas nouveau.

En 2010, Laquinta, Gilardino ou encore Aquilani n’auront rien pu faire pour empêcher le naufrage de la Nazionale alors championne du monde en titre mais sortie dès les poules en Afrique du Sud et dernière de son groupe où figurait le Paraguay, la Slovaquie ou encore la Nouvelle-Zélande.

L’Euro 2012 avait été suscité de nombreux espoirs quant au renouveau de la Squadra Azzurra, avec un Mario Balotelli en feu, auteur de trois réalisations durant la compétition (avec notamment un doublé en demi face à l’Allemagne) et un Toto Di Natale efficace en soutien du buteur à la crête. Défaite en finale face à l’Espagne quatre à zéro.

En 2014, Cesare Prandelli va tenter sans réussir sans réussite d’aligner Candreva ou un Ciro Immobile (déjà présent en sélection) en faux numéro neuf derrière Super Mario mais cette fois-ci sans grande réussite (deux buts en trois matchs pour la Nazionale, elle finit troisième dans une poule où évoluaient l’Uruguay, le Costa Rica et l’Angleterre).

l’Euro 2016 semble un peu plus sourrir aux italiens dans la mesure où Antonio Conte avait su trouver l’équilibre en attaque avec un Graziano Pellè, qui évoluait à l’époque du côté de Southampton et qui était épaulé par Eder, ancien attaquant nerazzurro et qui leur avait notamment permis d’aller jusqu’en quarts de finale où ils seront défaits aux penalties par la Mannschaft après avoir sorti l’Espagne en huitième.

La liste est longue donc face à tous ces échecs de la recherche d’un nouveau numéro neuf efficace sur le long terme, Espérons que le capocannionere de la saison passée et deuxième buteur de la saison se réveille avec le maillot de la sélection. Et pourquoi pas cette semaine ?

Teo Contu

Etudiant en L1 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Lire aussi