Le carnet des notes de l’Euro : Marco Verratti, petit hibou est devenu grand

Par Pasqualino Petolillo publié le 17 Juil 2021
Crédits

Après avoir manqué l’Euro 2016 pour cause de blessure, Marco Verratti avait à cœur de participer à cette compétition. Retour sur son tournoi qui avait plutôt mal commencé, une nouvelle fois à cause d’une blessure.

Un début de compétition marqué par une blessure au genou

Après avoir été écarté lors des deux premières rencontres, des suites d’une blessure au genou, notre numéro 6 revient contre le Pays de Galles. Le milieu de terrain est omniprésent. Passeur décisif sur le seul but du match, Marco touche 136 ballons. Un record en soi, en effet le meilleur total pour un azzurro depuis un certain Andrea Pirlo (Euro 2012). Il règne en vrai stratège entre les deux lignes. Un vrai casse-tête pour Mancini car son remplaçant désigné (Manuel Locatelli) a été énorme contre la Suisse, avec à la clé un doublé.

La route jusqu’à la finale dans la peau d’un titulaire

Mancini garde sa confiance et le titularise en huitième de finale face à l’Autriche. Ce n’est pas un match facile, sa première demi-heure de jeu est excellente, il incarne à merveille deux rôles en un, soit récupérateur et meneur de jeu aux côtés de Jorginho. Il est habile dans l’anticipation de l’action des adversaires en possession de balle. Avant de souffrir face au pressing des autrichiens.

En quart de finale face à la Belgique, le Parisien conserve toujours la confiance du Mister. Il est somptueux et est le passeur lumineux sur le but d’ouverture de Nicolò Barella. Il transmet de la grinta et amène l’adrénaline nécessaire sans commettre la moindre erreur. Qui a dit que notre Verratti ralentissait le jeu et les offensives ? Sa faculté à créer le jeu tout en détruisant celui de l’adversaire font qu’il est indispensable dans l’échiquier du coach italien. Il le prouve à nouveau face à des Diables Rouges désorientés.

Contre l’Espagne en demi-finale, Marco souffre et perd deux ballons au milieu qui auraient pu coûter cher aux siens. Pour son quatrième match consécutif, il n’illumine pas le jeu, on le sent fatigué, il manque de lucidité. Tout comme son compère Jorginho, il a du mal face à la qualité de la possession du ballon des espagnols dans le milieu. Koke et Busquets sont de vrais clients, ils ont du métier et ça ne lui facilite pas la tâche. Dépassé tant physiquement qu’au niveau de la course et du rythme, il est remplacé à la 72ème minute par Pessina.

La finale a lieu à Wembley le 11 juillet 2021 contre l’Angleterre, le Parisien est à nouveau titulaire. A lui seul, avec ses 127 ballons touchés, il fait aussi bien durant le temps réglementaire que Rice, Mount et Henderson, trois autres milieux anglais. Tout comme Barella en première mi-temps, il a du mal à rentrer dans le match. Revigoré par son coach à la mi-temps, il retrouve ses marques après la pause. Il termine en beauté en reprenant de la tête un ballon arrêté par Pickford avant que Bonucci ne pousse la balle au fond des filets. On connait la suite, c’est l’égalisation italienne. Il manœuvre avec une tranquillité déconcertante et est impérial dans les moments difficiles. Lorsque Mancini remplace Immobile et évolue avec un faux numéro 9, Marco a plus d’espaces pour inventer et trouver des solutions. Et on peut compter sur lui, il assure la cohésion juste dans le milieu, possession de balle oblige.

Ses notes*

Phases de poules : 7

Phase à élimination directe : 6,5

Finale : 7,5

Moyenne :  7

La squadra a finalement retrouvé son stratège parisien avec les capacités mentales nécessaires dans les grands rendez-vous. Son expérience internationale a été fondamentale dans le milieu du terrain. Ses mouvements sont synchronisés et réfléchis selon le jeu de l’adversaire.  Marco a su temporiser les mouvements et casser le rythme lorsque c’était nécessaire. Sa lucidité dans cette partie du jeu est une des clés de réussite de la Squadra. À noter qu’il ne prend qu’un seul carton jaune sur ses 5 rencontres disputées. Chapeau Marco.

*Le barème est italien

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Pasqualino Petolillo



Derniers articles