Le carnet de notes de l’Euro : Nicolo Barella, l’heure du grand saut

Par Nadhem Korbi publié le 17 Juil 2021

Le temps passe vite. Nicolo Barella est une pièce maitresse de la Nazionale depuis 3 ans déjà. Sur les 36 matchs disputés par l’équipe d’Italie sur la même période, il n’en a raté que 7. Peu à peu, le milieu de terrain de l’Inter est devenu un élément essentiel du schéma tactique de Mancini. Son profil polyvalent l’a rendu indispensable aux yeux de son coach. Il fallait donc passer un cap à un certain moment. Et l’EURO 2020 était la meilleure occasion pour le faire. Le Sarde n’a pas raté cette opportunité.

La confirmation dans le haut niveau

Alors qu’il est devenu une valeur sûre en Serie A, tout le monde voulait découvrir le niveau de Barella dans une compétition aussi forte que le Championnat d’Europe. Le jeune interiste ne compte que quelques matchs en Champions League, ce qui ne permet pas d’estimer réellement sa cote lors des chocs. Il faut dire que c’est le cas de plusieurs joueurs de la Nazionale. A part Chiellini, Bonucci, Verratti et dernièrement Jorginho, le reste n’a pas vraiment beaucoup joué hors de la Serie A. Toutefois, Mancini lui a donné toute sa confiance. Entouré d’un excellent duo au milieu, Barella semblait être entre de bonnes mains.

Titulaire indiscutable depuis de le début de l’EURO 2020, le jeune sarde n’a pas perdu de temps pour montrer à tout le monde de quoi il est capable. Dès le premier match face à la Turquie, il s’est rendu trop précieux au milieu. Barella est capable de créer le surnombre en attaque. Toutefois, il est aussi présent lors de la phase défensive pour soutenir Di Lorenzo à droite. L’un de ses points forts aussi est sa participation au pressing haut instauré par Mancini. Ses caractéristiques physiques lui permettent de bien réussir cette stratégie. Face à la Suisse mais aussi la Belgique, il a excellé dans ce rôle. Sans oublier son rôle de buteur qui vient débloquer certaines situations difficiles. A partir de la demi-finale, le joueur commence à tirer doucement mais surement la langue. Sa finale fut dans l’ensemble plutôt décevante mais cela n’enlève rien à l’énorme apport que Nicolo aura eu tout au long de ce doux mois d’été qui a couronné une Nazionale au collectif implacable.

Ses notes*

Phase de poules : 7

Phase à élimination directe : 6,5

Finale : 6

Moyenne : 6,5

Du haut des ses 24 ans, le-voilà champion d’Europe. Ce titre lui donnera un coup de boost pour tout le reste de sa carrière. Sans oublier le dernier Scudetto déniché avec l’Inter. Barella commence à construire un palmarès digne d’un grand. Et personne ne doute que cette aventure européenne lui a permis de gagner beaucoup d’expérience à exploiter pour la suite. L’ex de Cagliari est parti pour durer comme un élément essentiel de la Nazionale pendant des années. La prochaine étape arrive dès l’automne avec la Ligue des Nations.

*Le barème est italien

Nadhem Korbi

Rédacteur



Lire aussi