Le bilan des Coupes d’Europe : L’Atalanta reversée, retour douloureux pour le Milan AC (2/4)

Par Ben Soffietti publié le 26 Déc 2021
Crédits

Chaque année, lorsque les fêtes de fin d’année approchent, les clubs arrivent à la moitié de leur saison. L’heure pour Calciomio de dresser un bilan des clubs italiens lors des différentes phases de groupes des trois compétitions européennes. Deux papiers seront consacrés aux équipes engagées en Champions League, puis viendra le tour de l’Europa League et enfin de la petite dernière, la Conférence League. Dans ce deuxième volet, retour sur les performances de l’Atalanta et du Milan AC qui ont connu un automne européen compliqué pour des destins différents.

Atalanta : cette fois, la finale est perdue

À la veille de la dernière journée de la phase de groupes, l’Atalanta avait son destin en mains. Face aux Espagnols de Villarreal, une victoire suffisait pour envoyer la Dea au tour suivant. Comme en 2019, comme en 2020, le destin européen des hommes de Gasperini allait se jouer sur une finale face au concurrent direct pour la qualification. Et si le Shakhtar, puis l’Ajax ont failli, le Sous-marin jaune n’a pas tremblé au Gewiss Stadium, repartant avec la victoire et la qualification (2-3) privant l’Atalanta de la passe de trois : trois qualifications en autant de participations. Cependant, la défaite contre Villarreal n’est pas la seule cause de cette troisième place bergamasque.

Avec une seule victoire en six journées, les hommes de Gasperini ont cumulé leur plus faible total de points dans la compétition, six, contre sept et onze les années précédentes. Si la remontée fantastique de la première participation avait permis de mettre en lumières cette équipe de l’Atalanta et son jeu plaisant, cette année, elle a brillé par son irrégularité et son incapacité à être performante 90 minutes durant. Résultats, elle ne prend qu’un point contre Manchester United après avoir tenu la dragée haute aux Red devils une bonne partie des deux rencontres. Devant au score à l’aller (0-2 à la pause) et au retour (1-0, puis 2-1), la Dea a finalement encaissé des buts évitables.

La rencontre contre les Young Boys, en Suisse, a aussi illustré les insuffisances collectives, encaissant deux buts en fin de partie pour finalement arracher un nul (3-3). Avec telle inconstance, difficile d’ambitionner la qualification. Mais pour la première fois en trois ans, Gasperini a du faire avec un effectif amoindri par les absences, celles, longues, de ses pistons Gosens et Hateboer, ou celle, plus courte de Toloi, voire Demiral, sorti sur blessure contre Manchester United. L’Atalanta pourra se consoler au printemps prochain avec une participation à l’Europe League, compétition dans laquelle elle pourrait viser le dernier carré.

Milan AC : retour douloureux au plus haut niveau

La dernière fois que le Milan AC a disputé un match de Champions League, nous étions en 2014 et le onze de départ était composé certes de Kaka’, mais surtout de Poli, Taarabt, Bonera ou Rami. Un temps que les tifosi rossoneri voudraient sans doute oublier mais pas évident quand on se retrouve dans un des groupes les plus relevés de la compétition, avec Liverpool, le FC Porto et l’Atletico, qui était le dernier adversaire d’Il Diavolo dans cette compétition. Et ce retour fut très compliqué.

Entreprenants et sans complexe, les Rossoneri font douter Liverpool à Anfield avant de s’incliner (3-2). De nouveau, à domicile contre l’Atletico, ils livrent un match sérieux mais craquent sur un pénalty au bout du temps additionnel (1-2). Si ces deux sorties laissaient entrevoir des espoirs de qualification avant la rencontre contre l’adversaire le plus abordable du groupe, le FC Porto, l’issue de la double confrontation avec les Portugais démontrent à quel point le chemin est encore long pour que le Milan AC redevienne un cador européen. Dominés, peu inspirés, ils s’offrent un espoir inespéré en s’imposant sur le terrain de l’Atletico, avant d’être bouté hors de toutes compétitions européennes par Liverpool, après avoir une nouvelle fois mené au score. Un peu à l’image de l’Atalanta, les hommes de Pioli ont manqué de constance et surtout, ce groupe si jeune, a souffert d’un cruel manque d’expérience du très haut niveau. Apprendre, c’est parfois douloureux.

À retrouver dans ce dossier :

Épisode 1 – Ça passe pour la Juventus et l’Inter
Épisode 2 – L’Atalanta perd sa finale, retour douloureux pour le Milan AC
Épisode 3 – La Lazio et le Napoli font le job
Épisode 4 – L’AS Roma, humiliation et qualification

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles