Le bilan des clubs italiens en coupe d’Europe

Par Sébastien Madau publié le 22 Oct 2021
Crédits

L’Inter qui rit, le Milan AC qui pleure… la Juve confirme et l’AS Rom sombre… bilan contrasté de cette troisième journée des poules européennes.

Champions League : constat mitigé

Zenit – Juventus (0-1) : Alors OK, rien de flamboyant, mais du grand sérieux. Si la Juventus ne sait plus, pour le moment, surclasser ses adversaires, elle sait au moins, ne plus perdre ce type de matchs piège. Mieux : l’audace finit toujours pas payer et rendre la victoire, parce que tardive (Kulusevski, 86e), encore plus belle. Avec 9 points dans son escarcelle, Massimo Allegri voit sa méthode promue et la Vieille Dame peut entrevoir avec optimisme la suite de la compétition dans la plus grande des compétitions européennes. Un état de fait qui n’aurait pas été un luxe les saisons précédentes.

Inter – Sheriff (3-1) : Oui, on trouvera toujours un malin pour nous dire que, vu l’adversaire du soir, la mission était facile pour les Milanais. Si la remarque aurait pu être valable au moment du tirage au sort de ce Groupe D, les performances des joueurs de Transnistrie (victoires contre le Shaktar Donetsk et le Real Madrid) appelaient à la prudence. Les hommes de Simone Inzaghi ont fait le job. Et bien. Dzeko continue à coup de buts à remplacer dans les cœurs et les esprits Lukaku. Après une petite frayeur, Vidal et de Vrij ont écarté les vieux démons. L’Inter est loin d’être qualifiée (3e) mais a les cartes en mains pour le faire.

Porto – Milan AC (1-0) : En trois matchs européens, les Milanistes sont en train de dilapider le bonus et le succès d’estime glanés en Serie A. Si l’injustice arbitrale pouvait quelque peu excuser les Rossoneri de la contre-performance à domicile face à l’Atletico, la copie rendue au Portugal face à Porto n’est pas à la hauteur d’un club qui souhaite bien figurer en Europe. Le Milan a trois matchs pour, déjà, sortir du zéro pointé. Et, qui sait, espérer une qualification en Europa League. Faute de mieux.

Manchester United – Atalanta (3-2) : Cela aurait pu être la sensation de la soirée, ce fut la frustration. En soi, une défaite à Old Trafford est toujours envisageable. Mais le scénario de la rencontre la rend on ne peut plus amère ! Menant 2-0 à la mi-temps grâce à Pasalic et Demiral, les Bergamasques n’ont pas fait le poids face au rouleau compresseur mancunien en seconde période. Les deux buts n’ont pas suffi pour ramener quelques miettes d’Outre-Manche. Seuls des regrets ont rempli les valises des Nerazzurri. Les hommes de Gasperini (2e) gardent toutefois toutes leurs chances de qualification, en recevant deux fois dans la phase retour. Cette déconvenue anglaise leur servira-t-elle de leçon pour grandir ?

Europa League : on garde toutes les chances

Lazio – OM (0-0) : La phase retour s’annonce serrée, et ce dès le 4 novembre au Vélodrome. En concédant le nul à domicile, les Romains voit toujours le Galatasaray filer en tête. Dominés en première mi-temps, dominateurs en seconde, le Laziali ont manqué de mordant et n’ont pas pu compter sur leur buteur Immobile qui s’est vu refuser un but pour un hors-jeu de quelques centimètres, dans un Olimpico déserté par les tifosi. Un point de pris. Et de réelles possibilités de se qualifier. A condition de prendre la compétition au sérieux.

Napoli – Legia (3-0) : Il fallait faire preuve de patience pour voir le réveil napolitain dans cette compétition européenne après des débuts poussifs. La tâche n’était pas gagnée d’avance, vu que l’adversaire du soir caracolait en tête du groupe. Les Azzurri ont pu s’appuyer sur leurs hommes forts Insigne (76e), Osinhem (80e) et Politano (90e+5). Si les buts sont intervenus en fin de rencontre, la victoire ne souffre d’aucune contestation (71% de possession de balle, 28 tirs dont 10 tirs cadrés à 0). Du coup, le Napoli est relancé et revient dans la course à la qualification dans une poule où les 4 équipes se tiennent en 3 points.

Europa League Conference : la berezina romaine

Bodo Glimt – AS Roma (6-1) : Il y a des matchs qui restent dans l’histoire. Ce sera sans aucun doute le cas de celui-ci, au détriment des Romanistes. Comment expliquer une telle correction face à une modeste équipe norvégienne ? Déjà menés à la mi-temps (2-1), les hommes du « Mou » ont pris 3 pions en l’espace de 9 minutes en seconde période. Inacceptable de la part d’un club qui ambitionne de jouer les premiers rôles en Serie A. La défaite n’est jamais à exclure mais il y a la manière (6 buts encaissés sur 9 tirs cadrés subis). Alors certes, les deux succès enregistrés lors des deux premières journées font que la Roma est toujours en passe de se qualifier. Mais cette faute professionnelle restera comme une marque indélébile tout au long de la saison.

Sébastien Madau



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.