Le bilan à la mi-saison : Udinese

Par Gilbert Simonutti publié le 03 Jan 2019

En bref

La victoire contre Cagliari lors du dernier match a donné un peu d’air au club frioulan qui pointe désormais à la 15eme place avec 5 unités de plus que le premier relégable, Bologna. Cependant, cette première partie de saison a encore une fois été compliquée pour les bianconeri qui ont débarqué le jeune entraineur Velazquez début novembre, faute de résultats satisfaisants. Son remplaçant Davide Nicola, plus pragmatique, a donné une identité plus défensive à l’Udinese qui devient au fil des rencontres une équipe difficile à jouer pour tout le monde. Suffisant à priori pour le maintien.

Ce qui à fonctionné

La tenue défensive : Avec 23 buts subis, les Zebrette sont, avec Parma, les plus performants de la seconde partie de tableau. Déjà plutôt bien en place sous Velazquez, la défense s’est encore renforcée depuis l’arrivé de Nicola. Le passage au 352 y est pour beaucoup, tout comme la bonne tenue individuelle de Nuytinck et surtout Troost-Ekong.

Pussetto et Troost-Ekong, les bonnes pioches : Si le mercato n’a pas réservé que des réussites, l’ailier argentin et le défenseur nigérian sont les deux bonnes trouvailles des dirigeants bianconeri. Arrivé d’Huracan, Ignacio Pussetto s’impose au fil des rencontres dans un rôle d’attaquant qui n’est pas vraiment le sien. De son coté, Troost-Ekong démontre être déjà un des piliers de l’équipe et le vrai patron de la défense.

Stryger-Larsen en rampe de lancement : Aussi efficace que discret, celui qui a contenu M’Bappé à la coupe du Monde, est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’équipe. Sa polyvalence et son envie sont d’une grande utilité pour son coach. Nul doute, malgré ses 27 ans, qu’il marchera sur les traces de son illustre compatriote Thomas Helveg et ira dans un grand club très rapidement.

Ce qui n’a pas fonctionné

Mandragora et ses 20 millions : Arraché à pris d’or à la Juventus, le milieu défensif international U21 n’a pas trouvé complètement ses marques à Udine. Souvent utilisé en milieu relayeur, Rolando Mandragora peine à devenir l’homme clé de l’entre-jeu. Cela n’est certainement que provisoire, le temps de digérer son changement de club et de faire oublier son prix d’achat.

La contradiction Lasagna : Convoqué à deux reprises depuis le début de la saison en équipe nationale, Kevin Lasagna n’arrive pas à prendre en main une attaque en difficulté. Son pénalty raté contre Cagliari est le symbole de sa première moitié de saison où il n’a inscrit que trois buts. Trop peu pour un joueur de sa trempe.

Le joueur à retenir

Rodrigo De Paul : A 24 ans, le néo international argentin arrive à maturation cette saison. Homme clé aussi bien pour Velazquez que pour Nicola, Rodrigo De Paul est le buteur (6 buts), le passeur et le chef d’orchestre des Bianconeri. Tout passe par l’ancien joueur de Valence et les tifosi frioulans devront très certainement se résoudre à le voir quitter le club en fin de saison tant il est au-dessus du lot.

Le joueur à oublier :

Antonin Barak : Celui qui s’est fait connaitre l’an dernier et qui a attiré les regards de toutes les grosses cylindrées italiennes n’est pour l’instant que l’ombre de lui même. Certes, le Tchèque a manqué quelques matchs pour blessure mais ceci ne peut pas tout expliquer. Titulaire à seulement 4 reprises, Antonin Barak est loin d’une condition physique satisfaisante. Pourtant, son talent est reconnu par tous à Udine et il pourrait être la vraie recrue de janvier pour Davide Nicola.

 

 

 

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi