Le baromètre des Azzurri de la 22ème journée

Par Yacine Ouali publié le 18 Jan 2022
Crédits

Dans une 22ème journée de Serie A pleine de rebondissements, le peloton à la poursuite de l’Inter s’est bien resserré, avec plusieurs confrontations directes à prévoir dans les prochaines semaines. Vaincu par La Spezia à la dernière minute et dans la polémique, le Milan AC fait la mauvaise opération. Dans le bas du classement, La Spezia et Venezia respirent encore.

Au top

– Ciro Immobile (Lazio) : Toujours aussi fringant en championnat, Immobile a encore montré la voie pour la Lazio contre la Salernitana. Comme l’ensemble de l’Italie, nous espérons que cette forme le mènera jusqu’aux barrages du Mondial…

– Mattia De Sciglio (Juventus) : Totalement requinqué depuis le retour d’Allegri sur le banc, Mattia De Sciglio commence à faire sérieusement changer d’avis les tifosi. Fiable quand le Mister a fait appel à lui en début de saison en sortie de banc, l’Italien enchaîne depuis peu les titularisations avec passes décisives et actions défensives de haute volée. De quoi remettre en question la hiérarchie en Nazionale, où les postes de latéraux à droite comme à gauche n’ont pas de titulaire indiscutable ?

– Giuseppe Pezzella (Atalanta) : Entre Palerme, l’Udinese et Parma, Pezzella a mis du temps à éclore au plus haut niveau. Mais cette saison, l’Italien de 24 ans réalise de très bonnes performances sur le flanc gauche du milieu bergamasque, et remplace plus qu’admirablement un Gosens en délicatesse physique. Infatigable, Pezzella a gouverné le côté gauche du terrain contre l’Inter, posant de sérieux problèmes défensifs au champion. Il n’aurait manqué qu’un but ou une passe décisive pour couronner le tout.

En bref : du côté de la Fiorentina, tout roule à nouveau. Faisant preuve d’une vraie cure de jouvence, Giacomo Bonaventura a été le grand artisan de la destruction du Genoa, avec un but en prime. Notons aussi, et c’est assez rare pour le souligner, le doublé sur coup-franc de l’exceptionnel Biraghi, qui lui aussi fait plus que frapper à la porte de la Nazionale. Donnons tout de même un bon point à Sirigu du côté du Genoa, qui réalise de beaux arrêts au coeur d’une défense fantomatique. Sans lui, le score aurait pu être encore plus lourd que 6-0, c’est dire…

Les flops

– Moise Kean (Juventus) : Toujours aussi peu efficace, Moise Kean n’est que l’ombre de celui qui avait explosé au plus haut niveau en 2018-2019. Incapable d’accélérer le jeu ou même de faire de bons appels, l’attaquant rate toutes les occasions qui se présentent à lui. Combien de temps encore durera la confiance d’Allegri ?

– Andrea Consigli (Sassuolo) : Complètement pétrifié sur sa ligne, Consigli n’a été d’absolument aucune utilité dans la lourde défaite des siens face à l’Hellas (4-2). De match en match, le gardien italien régresse. De toute façon, ce n’est pas comme si la Nazionale lui était possible…

– Matteo Gabbia (Milan AC) : D’une fragilité confondante, Matteo Gabbia s’est révélé être encore pire que Romagnoli en défense. C’est dire. Pas forcément seul coupable sur les buts de La Spezia, il a néanmoins été trop fébrile tout le match, permettant aux hommes de Motta d’avoir un nombre d’occasions qu’une telle équipe ne doit pas avoir contre une autre qui vise le Scudetto. Tomori et Kjaer manquent tellement…

En bref : Plutôt inutile contre le Napoli, Nicola Sansone n’a pas réussi à aider les siens à menacer les hommes de Spalletti outre mesure. Sans idées, Florenzi continue sa période de méforme du côté du Milan AC, tandis que pour la première fois depuis un bail, Bernardeschi est retombé dans ses travers des précédentes saisons à la Juventus. Rien de bien alarmant toutefois.

 

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Yacine Ouali



Derniers articles