Le baromètre de la 1ère journée (partielle) de Serie A

Par Cesco publié le 22 Sep 2020

Le football est reparti en Serie A. Et avec lui, la distribution des bons et mauvais points.

Au top

Ibrahimovic : Il marque deux pions face à Bologna et lance la saison d’un Milan AC toujours sur son nuage. Un peu moins de maladresse et c’était le coup du chapeau. A presque 40 ans, celui qui a commencé sa carrière en 1999 brille toujours en 2020. Intemporel.

Bonucci : On aimait pas trop le voir dans une défense à 4 dans laquelle il devait … défendre. Face à la Sampdoria il livre une partition sans faute avec une maitrise des relances et du ballon qu’on ne saurait critiquer.

Zappacosta : Sur le déclin ? Pas forcément. C’était certes Crotone en face mais voir Zappacosta marquer son but lors de la victoire de son équipe fait plaisir à voir ! Encore un coup à jouer en vue de l’Euro ?

En bref : La première de Pirlo a été un succès et le jeu produit par la Juventus est remarquable. Attention cependant, la faiblesse de cette Sampdoria l’est également. Au rayon des satisfactions, le duo Castrovilli/Chiesa et un but 100% italien pour une équipe qui en aligne 5. Du côté des solides défenseurs, malgré les défaites des leurs, Colley (Sampdoria) et Tomiyasu (Bologna) méritent leur part du gâteau. Enfin, le petit bijou de Mehdi Bourabia avec Sassuolo face à Cagliari mérite bien sa mention. Un coup franc sublime qui récompense une belle partition.

Ça fait flop

Belotti/Zaza : Entre le premier qui traine sa peine dans une équipe qui continue sur sa mauvaise lancée et l’autre qui ne sait pas jouer un 2 contre 1, ça fait presque pleurer. Et dire qu’ils sont internationaux.

Gagliolo : A Parma on se prépare une belle saison galère si Liverani se présente avec le même état d’esprit sur tous ses matchs à domicile. Symbole de ses difficultés, Gagliolo s’est fait manger dans tous les sens. Et la rentrée d’Osimhen ne lui a vraiment pas fait du bien.

Dzeko : Pas tant pour le joueur mais pour la situation. On se rappelle de son transfert manqué à l’Inter l’année dernière, il va peut-être y avoir son transfert manqué à la Juventus. Pendant ce temps, il cire le banc pour la première de son équipe qui avait bien besoin de lui pour inscrire un but qui a manqué au moment de faire les comptes.

En brefL’AS Roma qui risque de perdre sur tapis vert face à l’Hellas pour un loupé administratif sur Diawara, la fébrilité incroyable de Ranieri et Mihajlovic face à la Juventus et le Milan AC. La VAR qui va encore faire des siennes tant que les problèmes des mains ne seront pas clarifiés un peu plus que par le « plus de tolérance cette saison » prôné par Rizzoli. Un outil ultra précis pour des règles on ne peut plus floues. Bravo aux gens avec les cravates qui dirigent le football.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi