Lazio, le Top/Flop 3 de la saison

Par Aurélien Bayard publié le 30 Août 2020

La Lazio termine sa saison à la 4ème place, synonyme de qualification à la Champions League. Sa participation à la reine des épreuves européennes est l’aboutissement d’un exercice 2019/2020 plutôt bien mené. Quels ont été les principaux acteurs et ceux qui doivent revoir leur copie ?

Les Tops

Ciro Immobile

N’en déplaise à certaines chaînes d’informations sportives, le Capocannoniere n’a pas seulement brillé sur penalty. Tout au long de la saison, Ciro a démontré que lorsqu’il armait son pied droit, c’était régulièrement pour envoyer le ballon dans les filets. Le numéro 17 a même réussi l’exploit d’égaler la performance de Gonzalo Higuain en marquant 36 buts. Dommage qu’il n’ait pas réussi à marquer un doublé face au Napoli lors du dernier match de la saison, le clin d’œil aurait été super ! Dernier point et pas des moindres, Immobile décroche le titre de « Soulier d’Or européen », 13 ans après Francesco Totti – dernier italien en date à avoir obtenu le précieux sésame – et surtout devient le premier à être récompensé sous le maillot laziale.

Luis Alberto

Le maestro espagnol a embelli de nombreuses journées de Serie A grâce à ses buts mais surtout ses passes décisives. Avec 14 offrandes – à égalité avec Papu Gomez – il fait bon d’être attaquant quand le pourvoyeur de ballons s’appelle Luis Alberto. Dribbles chaloupés, remises en première intention, l’ancien joueur de La Corogne a régalé comme jamais spectateurs et téléspectateurs. Malgré ses performances, le milieu de la Lazio n’arrive toujours pas à connaître la joie de retrouver sa sélection nationale. Peut-être que la Champions League sera un moyen de se mettre plus en lumière et de taper dans l’œil de Luis Enrique.

Francesco Acerbi

Un seul mot pour le caractériser, le patron. Alors qu’il devenait titulaire au sein de la défense centrale de la Squadra Azzurra, Francesco Acerbi réitérait ses performances internationales sous le maillot laziale. Avec lui en taulier, c’est l’assurance d’intervention propre, de tacles bien calculés et de duels aériens remportés. En Serie A, le capitaine de la Lazio n’aura manqué que deux matchs cette saison. Deux, c’est également le nombre de buts qu’il a marqué. Une égalisation pleine de malice face au voisin honni de l’AS Roma et un sublime face au Torino qui en a étonné plus d’un.

Les Flops

Jordan Lukaku

« Prends exemple sur ton grand frère », une phrase que pourrait prononcer Simone Inzaghi à Jordan Lukaku. Alors que Romelu enfile les buts, Jordan passe plus de temps à l’infirmerie que sur le rectangle vert, la faute à un genou défaillant. De retour sur les prés lors de la reprise post-covid, le latéral gauche a plus brillé par ses frasques que par ses performances sur le terrain. Résultat des courses, ses retards répétés à l’entraînement l’ont conduit à suivre le match Juventus Turin-Lazio Roma depuis les tribunes. Proche d’un prêt à Newcastle en janvier 2019, Jordan risque de voir son aventure laziale se terminer s’il ne se remet pas au travail.

Jony

Il est espagnol, joue milieu, ancien sociétaire de Malaga et arrive pour une somme dérisoire. Cette description correspond à Luis Alberto mais également à Jony. Lotito croyait refaire le même coup qu’en 2016, que nenni. Pour le moment, le Biancocelesti ne s’est pas encore adapté à la Serie A, ni montré quelques signes encourageants. Néanmoins, Rome ne s’est pas faite en un jour et une deuxième chance peut lui être accordée.

Bastos

Le défenseur angolais a joué aux montagnes russes cette saison. Des hauts et des bas, enfin surtout des bas. Principalement titulaire en Europa League, ce n’est peut-être donc pas non plus un hasard sur la Lazio a été sortie au premier tour. Il n’y a qu’à voir son match face à Rennes. Il est à deux doigts d’offrir à Sasha Boey son premier but professionnel, puis n’attaque pas assez Flavien Thait dont la frappe repoussée par Proto se transforme en passe décisive pour Joris Gnagnon. De plus, Bastos manque encore de concentration et ne maîtrise pas tout le temps ses gestes, lui causant des cartons jaunes évitables.

Aurélien Bayard



Lire aussi