Comment la Lazio doit gérer Keita

Par Jérémie Panizzoli publié le 09 Août 2016
Crédits

keita-baldeKeita et la Lazio c’est quoi ?

Arrivé à la Lazio au courant de l’été 2011, Baldé Diao Keita a intégré la Primavera pour y remporter le championnat en 2013 et la Coupe en 2014. Logiquement, sa place dans le groupe s’est rapidement faite. Lancé par Petkovic en septembre 2014 face au Chievo, il va cumuler du temps de jeu la première année et va aligner les bonnes performances sous l’ère Pioli durant toute l’année 2015. Petit bémol, la polémique autour de sa nationalité et la saison globale du club laziale lui ont fait terminer cette saison 2015-2016 en demi-teinte. Soulagé d’avoir évacué définitivement le problème lié à sa sélection, en l’occurrence le Sénégal, il est désormais à l’heure de la confirmation. Si il n’a au final que 21 ans, il a cumulé assez d’expérience pour être un titulaire indiscutable à l’aube de cette nouvelle étape.

Pourquoi il doit rester

Cette saison, la Lazio est en phase de transition. Désormais, il faut faire sans Klose, Candreva, Mauri ou Onazi. Soit à eux, 779 matchés sous la tunique laziale. Un véritable pan de l’histoire récente de ce club. Au moment d’entamer une saison délicate sportivement, il est nécessaire de s’appuyer sur des joueurs capables de prendre le relais des leaders partis. Dans ce contexte, des joueurs comme Felipe Anderson, Lulic, Parolo et Baldé Keita sont primordiaux. Si Inzaghi continue sur son idée de 4-3-3 avec deux ailiers, le natif de Arbucies en Espagne a sa place naturelle sur le côté gauche. Felipe Anderson et Kishna se disputeront l’autre poste à  droite. Sa vitesse de percussion, sa technique en mouvement et sa faculté à percer les lignes adverses font de lui un véritable atout pour son équipe. Malgré des qualités évidentes, il n’est pas assez décisif devant le but. Certes ce n’est pas un avant-centre, mais on est en droit de demander plus que ses 5 buts et 8 passes décisives en 39 matchs toutes compétitions confondues.

Pourquoi il doit partir

Début juillet, Baldé Keita a brillé par son absence au ritiro. Après plusieurs jours sans nouvelles, le Sénégalais avait fini par rejoindre le groupe. Pris à part par Inzaghi, le joueur s’était excusé et avait régalé l’assistance en amical contre Padova quelques jours plus tard. Cependant, le Sénégalais n’ayant plus que deux ans de contrat, il fallait vite agir. Conscient que l’affaire pouvait mal tourner, la società a rapidement proposé une prolongation de contrat avec augmentation de salaire à la clé. Mais les bruits sur son avenir ont alerté l’AS Monaco qui a proposé 25 millions pour l’enrôler dans son équipe. Une belle somme pour un joueur qui n’a couté que 300 000 euros il y a 5 ans. Malgré tout, on connait la complexité de traiter avec le président Lotito qui lui, en demande 30. Forcément, ces événements, peuvent et doivent perturber ce joueur de 21 ans. Si on ajoute qu’en cas de non prolongation avec la società, il peut vite devenir indésirable (cf- les cas Pandev, Marchetti ou Mauri entre autres) et que son prix va forcément chuter, il est donc préférable que l’aventure s’achève au cœur de l’été 2016. La clé du problème est donc dans les mains de Claudio Lotito. Pas de doute, on tient bien ici, un des feuilletons de ce mois d’aout 2016.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles