L’Atalanta, des larmes aux rires

Par Giuliano Depasquale publié le 03 Nov 2016
Crédits

Atalanta

Le processus d’adaptation de l’Atalanta au jeu de Gasperini a mis du temps avant de montrer son efficacité, mais les dirigeants ont eu raison de continuer à faire confiance à l’ex-coach du Genoa. Bien connu pour sa tactique à trois défenseurs, avec plusieurs variantes devant, Gasp’ a réussi à former un groupe solide, avec des joueurs qui en veulent et qui appliquent à la lettre les instructions venant du banc. Pourtant, comme nous vous l’expliquions fin septembre, les débuts étaient fastidieux, voire critiques, à tel point qu’on parlait déjà de crise chez les Nerazzurri de Bergame. Pour rappel, l’équipe a entamé le nouvel exercice avec quatre défaites en cinq journées. Bien que les objectifs ne soient pas les mêmes, cette série identique à son passage à l’Inter en 2011 avait suffi pour le remercier. Les dirigeants du club bergamasque ont le mérite de lui avoir accordé d’autres chances et c’est désormais avec une machine bien rodée qu’ils appréhendent le mois de novembre.

Une organisation bien ficelée

Même si tout n’est pas encore parfait à l’Atalanta, force est de constater que beaucoup de points ont été améliorés sur le terrain. Comme nous vous le détaillions il y a quelques semaines, Gasperini peut compter sur Franck Kessié derrière l’attaque, un jeune ivoirien qui a déjà trouvé le chemin des filets à quatre reprises. Mais l’effectif regorge d’autres éléments, peut-être pas aussi talentueux, mais qui ont surtout le mérite d’aller au charbon une fois sur la pelouse. Ainsi, on peut noter les bonnes performances du Suisse Freuler, qui tient fermement l’arrière du milieu de terrain, épaulé par le duo Dramé-Conti, qui ne cesse de courir pour stopper les offensives adverses dans leurs couloirs. Et pour le plus grand bonheur du public bergamasque, Papu Gomez a fait son retour, après un début de saison assez décevant, avec sa technique et son audace. À noter aussi l’évolution de la défense qui n’a encaissé que 2 buts en 6 matchs, contre 11 lors des 5 premiers. Le tout dans une organisation bien établie par l’entraîneur, qui ajuste parfaitement son attaque en fonction de ses joueurs disponibles, en plus de reformer une défense à cinq en fin de match afin de maîtriser au mieux l’issue de la partie.

Attention à l’excès de confiance

Même si l’Atalanta surprend jusqu’à présent beaucoup de monde avec ses victoires contre le Napoli, le Torino ou même l’Inter, il ne faut pas s’attendre à une saison flamboyante des hommes de Gasp’, qui basent surtout leurs résultats sur leur travail collectif plutôt que sur leur talent. Attention à l’excès de confiance qui pourrait rapidement les renvoyer dans le ventre mou du classement. La prochaine rencontre face à Sassuolo sera déjà révélatrice de l’état d’esprit du groupe qui devra l’aborder en tant que favori, alors que les Neroverde sont à la traîne depuis un petit temps. Il s’agit donc pour Gasperini de maintenir un certain réalisme et de poursuivre avec la même envie, sans se laisser abattre par la prochaine défaite, aussi lourde soit-elle. L’Atalanta a les moyens de s’affirmer comme la surprise de l’année. A l’équipe maintenant de gérer au mieux la suite du programme.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« C’est un tirage au sort difficile pour l’Italie », Jamie Carragher

« Celui qui joue contre l’Italie a peur », Fabio Cannavaro

« L’Italie sait comment gagner », Bryan Cristante

Di Lorenzo révèle le joueur italien qui l’a le plus surpris avant l’Euro

« L’equipe nationale d’Italie est sous-estimée », Gianluigi Buffon s’indigne avant l’Euro 2024

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles