L’AS Roma doit résoudre son problème offensif

Par Herman Ahouande publié le 21 Jan 2018
Crédits

5e de Serie A, l’AS Roma arrive à la trêve hivernale le moral en berne, la faute à des résultats indigestes et surtout à une attaque aux abois. Un mal qui a freiné la course des Giallorossi et brouillé leurs plans à l’approche à la pause. Sur les 5 dernières rencontres par exemple, Dzeko & co n’ont trouvé le chemin des filets qu’à 4 reprises, alors qu’ils étaient opposés à des équipes moins bien classées, exceptée la Juventus. Le résultat est d’une victoire (in extremis et entachée de polémique contre Cagliari) pour un total de 5 points. Très faible pour une équipe aux ambitions de la Roma qui pointe au 8e rang des équipes les plus efficaces devant le but.

APRÈS SALAH, LE DÉSERT

La différence entre le trio d’attaque titulaire la saison dernière et celui de l’exercice en cours reste Mohamed Salah. Le virevoltant égyptien parti à Liverpool l’été dernier a laissé derrière lui un gouffre que l’état-major romain a du mal à combler. Les pions réclamés par Eusebio Di Francesco, notamment Riyad Mahrez et Domenico Berardi, ont démenti le célèbre dicton qui déclare que « tous les chemins mènent à Rome ». Numériquement, Salah a été remplacé par trois joueurs : Grégoire Défrel, Cengiz Ünder et Patrick Schick, un trio moins expérimenté et dont les performances illustrent la différence de niveau avec Salah. En dehors de Schick qui a inscrit un but en Coppa Italia, le bilan du trio est de 0 but tandis que le meilleur joueur africain de l’année fait la pluie et le beau temps sur les bords de la Mersey avec déjà 24 réalisations. A mi-saison, le couloir droit de l’attaque romaine s’apparente encore à un chantier, puisque ni El Shaarawy, ni Gerson n’ont pu être des alternatives valables pour Di Francesco. Mais le problème n’est pas que là…

DZEKO A APPRIS A NE PLUS MARQUER

Au sein d’une attaque peu efficace, il y a forcément un Dzeko moins prolifique. Le géant bosnien a perdu son sens du but. Capocannoniere la saison écoulée, il n’a inscrit que 9 buts jusqu’ici, soit deux fois moins que Ciro Immobile et ses 20 unités. De plus, l’ancien Citizen n’a marqué que 2 buts sur ses 10 derniers matches. Des chiffres qui confirment sa méforme devant les buts. Autres données significatives, Edin Dzeko est l’attaquant qui a le plus frappé au but en Serie A (75 tirs). Mais le Bosnien n’a cadré que 42 de ses tentatives (56%), un faible taux de précision comparativement à Icardi (76,6%), Immobile (74,6%) ou Higuain (66%). Avec Di Francesco toutefois, le profil de Dzeko a évolué; il désormais plus actif dans la construction du jeu et joue donc relativement plus loin des 18 mètres. Un changement de style, conjugué au poids de son âge, qui pourrait justifier son manque de lucidité devant les buts. Dzeko aurait-il alors besoin de jouer avec un autre attaquant en soutien ?

LA ROMA PEUT-ELLE DEVENIR PLUS SCHICK AVEC PATRICK ?

Recrue phare de la Roma l’été dernier, Patrick Schick est depuis peu à la disposition du mister après ses pépins physiques. Son association avec Dzeko est l’un des sujets à l’ordre du jour la Trigoria. Variable de l’équation offensive de l’équipe, Patrick Schick peut-il influencer les choix tactiques de son entraîneur ? On le sait, Eusebio Di Francesco est un adepte du 4-3-3 mais pas un entêté de ce système de jeu. A défaut de l’abandonner, l’ancien coach de Sassuolo l’a souvent modifié en optant pour le 4-2-4 avec le duo Dzeko-Schick en pointe. Le résultat n’est pas exceptionnel même s’il faut y voir une marge de progression possible, vu qu’il s’agit d’une adaptation en cours de jeu. Si pour l’instant, le 4-3-3 reste le système de base de l’équipe, le locataire du couloir droit de l’attaque est un joueur au multiple visage.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Herman Ahouande

Rédacteur



Derniers articles