L’affaire Conte, une exagération médiatique ?

Par Cesco publié le 04 Août 2020

« L’Inter a été trop critiquée cette saison et a été trop peu protégée, 0 protection en dehors du terrain. Je dois parler avec le président, mais il est en Chine. Je ferai mes évaluations à la fin de la saison. » Cette déclaration, certes compressée, d’un Antonio Conte furieux face à la presse après la victoire contre l’Atalanta (2-0) n’était pas attendue surtout avec l’Europa League qui reste à jouer, objectif annoncé du club pour tenter d’accrocher un titre. Mais alors c’est quoi l’histoire ? Et Conte était vraiment proche de la porte ?

Machiavélique Antonio Conte ?

Dans tout club, il y a du personnel qui cherche à se montrer en dévoilant des infos à la presse pour faire les gros titres. Infos du vestiaire, discussions privées ou encore rumeurs de transfert. Tous les coups sont permis pour obtenir l’info et se mettre en lumière. A l’Inter, les situations douteuses se sont multipliées cette saison. L’altercation Brozovic/Lukaku, les échanges de mails du Suning, la lettre du fameux Salvo24 et les incessantes rumeurs sur les « crises » du club traversées après quelques mauvais résultats.

Pour Antonio Conte, victime également de menaces avec lettre et balle de fusil dans sa boite aux lettres cette saison, c’en était trop, c’est ainsi qu’il a réclamé plus de présence de la direction et plus de protection, en public. Une sorte d’appel au secours pour rappeler que les tops clubs ne se construisent pas qu’à la TV pendant 90 minutes sur un terrain, mais aussi en dehors. Si la déclaration semble maladroite, elle a eu le mérite de mettre un coup de pied énorme dans la fourmilière. Emballement médiatique, réaction immédiate du staff nerazzurro et réunion de haute volée avec l’ensemble des pontes du club pour au final un apaisement facile et une tension retombée d’un coup d’un seul. Comme si tout avait été préparé savamment par Conte, adepte de la communication provocatrice pour faire bouger les choses avec un président souvent absent malgré son attachement prouvé au club. Et puis, il y a un mercato à préparer et pour celui ci, Conte a les idées claires. Le gap est réduit avec la Juventus, comme annoncé en début de saison. Maintenant, il faut gagner et mettre les moyens.

L’Inter, la presse et la taupe

Si cette saison les infos déstabilisantes concernant le club se sont multipliées avec parfois des choses douteuses, ce qui gène le plus c’est cette histoire de « taupe » au club. Evoquée un temps par Luciano Spalletti mais également par Stramaccioni en son temps lors de l’altercation avec Cassano, cet « espion » pose problème. S’il semble impossible à démasquer en externe, le fait de faire du bruit pourrait calmer les choses et la pousser à rentrer sous terre en attendant de trouver les solutions en interne. Côté médias et tifosi, les coupables sont désignés : Piero Ausilio, seul dénominateur commun à toutes ces époques, qui a refait son apparition au stade face à l’Atalanta. Mais les divergences d’opinion seraient également avec Marotta, pour sa prise de parole face aux caméras, qui s’est félicité du travail accompli, chose qu’Antonio Conte n’a pas digéré, tant les problèmes pour arriver aux joueurs qu’il a voulu ont été présents : « vous me parlez de Messi ? Mais si vous saviez ce que j’ai du faire pour arriver à Lukaku… Ca n’a pas été une promenade de santé« . La réunion d’hier semble avoir calmé temporairement les choses et si la presse faire naitre des rumeurs Allegri, il n’en serait rien côté Inter. Il faut rappeler que licencier Conte couterait environ 40 millions au club et que cette solution trop radicale est exclue, d’autant plus que la confiance en l’entraineur est plus que présente.

Si la « taupe » occupe les esprits, le problème est bien ailleurs, Conte veut un fonctionnement plus facile, plus direct et surtout une gestion qui le suit dans un projet triennal dans lequel lui s’est engagé. Au club de faire de même dans les faits. A l’entraineur de prouver qu’il peut emmener son équipe loin. A commencer par l’Europa League.

 

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi