La transition de la Nazionale continue face à l’Angleterre

Par Cesco publié le 27 Mar 2018
Crédits

Le revers 2-0 des azzurri face aux hommes de Sampaoli n’était pas espéré mais n’était pas non plus une surprise à laquelle personne ne s’attendait. Le 4-3-3 mis en place par Di Biagio semblait somme toute classique et les deux seules interrogations concernaient la valeur ajouté Chisea et l’inconnue Verratti/Jorginho au milieu. Si la première à montré qu’il faudra du temps pour réellement apporter quelque chose sur le côté droit, l’association des deux milieux italiens aura eu l’allure d’un chemin de croix pour les deux hommes. Jamais dans le bon tempo, jamais bien positionnés, ils n’ont jamais été en mesure de servir Immobile/Insigne/Chiesa dans de bonnes conditions. Loin de là l’idée de tirer la sonnette d’alarme, l’un des premiers chantiers du sélectionneur est apparu sous les yeux du grand public du côté de Manchester. Il reste 2 ans pour travailler afin d’être prêts pour l’Euro 2020.

Quoi tester face à l’Angleterre ?

Qu’on ne s’y méprenne pas, la durée de vie de Di Biagio à la tête de l’Italie est faible, très faible. Il semble acté (sauf surprise et donc échec) que ce dernier n’assure uniquement que la transition des amicaux de mars. Le bout de ce cours parcours semble donc déjà pointer le bout de son nez avec les 90 minutes à Wembley. Impossible pour le coach de penser rester sur l’impression laissée face à l’Argentnie : une Italie brouillonne, désorganisée, fonctionnant par à coups et par orgueil. Face à l’Angleterre, le schéma ne changera probablement pas : 4-3-3 oblige, mais les interprètes du terrains eux devraient bouger. Candreva retrouvera son poste et le milieu de terrain devra changer. Le problème du trio de Manchester, c’est qu’ils n’avaient pas en eux les caractéristiques nécessaires pour revêtir 100% de leurs rôles. Pas de sentinelle devant la défense pour protéger le créateur, pas de casseur de ligne ou de joueur évoluant haut. Jorginho récupère et relance, Verratti remonte le ballon en partant de sa surface, l’harmonie du milieu en souffre donc. Un trio Gagliardini/Jorginho/Pellegrini semble être plus diversifé et plus complémentaire pour apporter solidité à la colonne vertébrale de l’Italie. La question tournera simplement autour du niveau de jeu des trois cités qui pour le moment, sont soit nouveaux, soit irréguliers en clubs. Cependant pour Di Biagio, le temps presse, il faut tenter.

Préparer le terrain

Avec ce 4-3-3 que Di Biagio entretient, le terrain semblerait ensuite préparé à merveille pour le futur sélectionneur. Si beaucoup souhaiteraient voir Conte à la tête de l’équipe et le retour de la défense à trois, le favori semblerait plutôt être un autre homme en la personne de Roberto Mancini, l’ancien coach de l’Inter ou de City. Adepte de la défense à quatre, il devrait observer la rencontre avec attention. Si la décision n’est pas encore prise concernant le futur homme de main de la fédération au bord du terrain, Roberto Mancini pourrait être un déclencheur au niveau du travail sur les ailes, lui qui aime utiliser le terrain sur toute sa largeur. Désormais il faudra voir quels hommes auront marqué les esprits à l’issue de ce match, pour que l’on souhaite les revoir ensuite. Face à l’Angleterre, tester tactiquement l’équipe et stopper l’hémoragie des résultats décevant (3 buts sur les 7 derniers matchs) seront une priorité d’autant plus importante qu’en cas de défaite, l’Italie pourrait sortir du top 20 au classement FIFA. Un nouveau choc, moindre, mais qui devrait rajouter une onde de choc au séisme, si certains n’avaient toujours pas compris la situation dans laquelle le pays aux quatre Coupes du Monde se trouve.



Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)