La présidence de Preziosi au Genoa : de la troisième division à l’Europe (2/3)

Par Ben Soffietti publié le 04 Oct 2021
Crédits

La nouvelle est tombée le 22 septembre 2021 : le groupe 777 Partners s’est offert le Genoa, un des clubs historiques de Serie A. L’arrivée d’un énième fonds d’investissements américain à la tête d’un club de la Botte met un terme à dix-huit années de présidence d’Enrico Preziosi, qui avait pris les rênes d’Il Grifone en 2003. Au cours de cette période, le Genoa est revenu en Serie A et s’y est stabilisé, découvrant l’Europe, tout en usant d’un grand nombre d’entraîneurs. Calciomio revient en trois papiers sur le Genoa de Preziosi, président ayant occupé le plus longtemps ce rôle dans l’histoire de ce club. Deuxième épisode : la remontée de la Serie C1 en Serie A et le retour dans les compétitions européennes.

La double remontée d’Il Grifone

Après les déboires de l’affaire autour du match Genoa-Venezia et la relégation administrative des Rossoblù en troisième division, Enrico Preziosi doit repartir de zéro. La descente le contraint de lâcher son sérial buteur argentin Milito mais il réussit à conserver plusieurs cadres comme Marco Rossi, Alessio Scarpi ou le capitaine Giovanni Tedesco. Deuxième à l’issue de la saison, en ayant limogé son entraîneur Giovanni Vavassori pour le rappeler quelques mois plus tard, Preziosi est proche d’une première consécration. Après une demi-finale remportée de justesse, grâce à un meilleur classement sur la saison régulière, ses hommes s’imposent en finale contre Monza (0-2 / 0-1), avec un but d’Igor Zaniolo, le père de l’actuel joueur de l’AS Roma. Un an après sa relégation, le Genoa revient en Serie B.

Malgré un statut de promu dans ce championnat ultra relevé avec la Juventus, reléguée suite au Calciopoli, le Napoli et Bologna, le Genoa parvient à finir troisième à l’issue de la saison. Un dernier match nul (0-0), obtenu contre le club de Paolo Cannavaro, permet aux Rossoblù – ainsi qu’aux Partenopei – de monter en Serie A sans passer par les barrages. En effet, le règlement précise que si le troisième de Serie B possède dix points d’avance sur son poursuivant, il obtient automatiquement sa promotion. Et ce retour dans l’élite, douze ans après, est l’oeuvre d’un entraîneur qui commence à percer au haut niveau : Gasperini.

L’ère Gasperini et le retour en Europe

Avant de faire de l’Atalanta une des meilleures équipes d’Italie, Gasperini a été l’entraîneur à la plus grande longévité sous la présidence de Preziosi. Le leader de l’entreprise de jouets fait venir le mister de Crotone et commence alors une idylle de quatre années. La rencontre est rapidement un succès et le Genoa, emmené par Francesco Lodi et Adailton puis renforcé à l’hiver 2007 par l’arrivée de Di Vaio, retrouve l’élite dès la première année. Ces résultats offrent au « Gasp », le titre de la Panchina d’argento, soit du meilleur entraîneur de Serie B.

En Serie A, la philosophie Gasperini, déjà qualifiée de « spectaculaire et agressive » par Lippi, prend rapidement. Dans un 3-4-3 assez novateur, les Rossoblù terminent dixièmes en championnat. À l’été 2008, Preziosi s’offre de nouveaux jouets : Milito et Criscito sont de retour, tandis que Biava, Bocchetti et Janković rejoignent l’effectif. Résultat: une cinquième place en Serie A, le retour de la suprématie sur la ville face au rival de la Sampdoria et une qualification européenne.

Un seul automne européen

En l’espace de six années, Preziosi a ramené en Europe, un club au bord du gouffre lors de son arrivée. Cependant, la troupe de Gasperini ne performe pas dans une toute nouvelle compétition. Sur les cendres encore fumantes de la Coppa UEFA, l’Europa League voit le jour avec un format légèrement modifié. Après une qualification en barrages contre Odense, le Genoa, qui a perdu Milito parti pour l’Inter mais s’est offert Hernan Crespo, hérite d’un tirage relevé avec le LOSC, Valence et le Slavia Prague. Si les Tchèques sont vaincus lors de la première journée, le Grifone subit cependant la loi des coéquipiers de David Silva (3-2) puis ceux de Eden Hazard (3-0). Si grâce aux Argentins Palacio et Crespo, le Genoa prend sa revanche sur les Dogues au match retour, le nouveau revers contre les Espagnols élimine les Rossoblù. La saison suivante, Gasperini est démis de ses fonctions après dix journées, marquant la fin de la période la plus prospère du club ligure au XXIè siècle. Les difficultés commencent.

À découvrir aussi :

Épisode 1 – Rachat et fraude pour la montée
Épisode 2 – De la troisième division à l’Europe
Épisode 3 – Lutte pour le maintien et valse des entraîneurs

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.