La période noire de l’infirmerie à la Juventus

Par Enzo Caia publié le 31 Déc 2018

Trêve hivernale. La Serie A prend des petites vacances durant lesquelles les clubs italiens vont pouvoir faire un bilan des 19 premières journées de championnat. Bilan qui, du coté bianconero, est dans le vert : avec 17 victoires et seulement 2 matchs nuls (record historique en Italie), la Vieille Dame est l’équipe qui a subi le moins de buts en championnat et est la 2ème meilleure attaque juste derrière l’Atalanta. Un point négatif ? Probablement ces trop nombreux et incessants problèmes à l’infirmerie turinoise.

Une liste bien remplie

Nous sommes fin décembre, et déjà 10 joueurs de l’effectif turinois ont été blessés depuis fin aout. C’est quasiment la moitié des joueurs à disposition de Max Allegri. D’Alex Sandro à De Sciglio en passant par le néo-turinois Emre Can et par Bernardeschi, tous ont subi des blessures musculaires, de courtes ou longues durées. L’expérimenté Khedira n’a pas loupé le coche cette saison non plus avec seulement neuf matchs joués dont un seul entièrement, l’allemand s’est blessé à trois reprises en un peu moins de 3 mois. Il est désormais disponible contrairement au vétéran Barzagli, 37 ans, qui lui peut plutôt mettre ça sur le dos des années, qui elles passent et d’un temps de récupération qui lui, n’est plus si bref. Des blessures un peu plus graves se sont produites pour le portugais Cancelo, qui a du se faire opérer au genou droit, il devrait faire ses retours sur les pelouses mi-février et enfin pour le colombien Juan Cuadrado, victime d’une lésion du ménisque s’est fait lui aussi opérer et devra être absent jusqu’à mi mars. De bien beaux détails mais utiles pour relever quelque chose d’important : les trois derniers joueurs cités ci dessus se sont blessés début décembre. Si l’on peut clamer la coïncidence, la situation reste récurrente. L’année dernière, même période, le malheureux Cuadrado s’est fait opérer d’une pubalgie, Buffon, De Sciglio, Mandzukic, Dybala et pleins d’autres se blessent sur la période décembre-janvier. Alors est-ce une sorte de fatalité ou des préparations surchargées qui mettent en difficulté la stabilité physique des joueurs ?

Des joueurs comme Blaise Matuidi ou encore Patrice Evra avaient été marqué à leurs arrivées à la Juve par la régularité, l’intensité des entrainements et de l’importance de la « palestra » (salle de musculation). En effet, Allegri et son staff travaillent énormément sur le positionnement tactique, la course mais insistent surtout sur l’amélioration physique et la progression individuelle de chacun. Les préparations pendant la première partie de saison sont très lourdes car elles sont fondamentales pour la deuxième partie de saison où tout se joue (Championnat, Coupe d’Italie et Champions League). Cela peut et doit sûrement impacter le physique des joueurs avec des blessures qui sont la plupart du temps musculaires.

Les conséquences ?

Cette année, contrairement à la précédente, le gap entre les turinois et leurs concurrents directs, le Napoli et l’Inter, s’est vite formé c’est pourquoi on voit mal la Juve, même ayant l’infirmerie pleine, laisser passer ce huitième scudetto. Elle a remporté les quatre dernières édition de la Coupe d’Italie et vu l’obsession d’Allegri pour cette compétition, pas si importante aux yeux des autres clubs italiens, le problème ne se pose pas trop. La question devient plus intéressante en Champion’s League, où les joueurs importants doivent être prêt physiquement et en forme pour pouvoir passer les tours à éliminations directs. Le turnover va être donc fondamental pour pouvoir arriver au bout de cette fameuse compétition.

Enzo Caia



Lire aussi