Koulibaly, la dernière victime !

Par Nadhem Korbi publié le 31 Déc 2018

Ce qui s’est passé au Giuseppe Meazza Mercredi dernier est tout simplement honteux. La rencontre Inter-Napoli devrait être le sommet de la 18ème journée du championnat italien. Toutefois, la match a dérapé et a tourné au cauchemar. La cause ? Des cris racistes de la part de certains tifosi de nerazzurri contre Kalidou Koulibaly, le défenseur sénégalais du Napoli.

Que s’est-il vraiment passé ?

Dès le début du match et à chaque toucher du ballon, Koulibaly subissait des insultes et des cris de singe. Ces (pseudo) supporters interistes savaient que le Sénégalais est le point fort de l’équipe napolitaine. Il voulaient certainement le provoquer pour le sortir du match. Mais de quelle manière ! Kalidou a tenu bon. Il a réalisé un très bon match avant de s’écrouler, en toute logique, à 10 minutes de la fin de la rencontre et écoper d’un carton rouge. Nous n’allons pas discuter cette sanction controversée de l’arbitre. Ce n’est pas notre sujet. Mais ce qu’il faut garder en tête, ce que Koulibaly a vécu un vrai calvaire pendant 80 minutes. Tout le monde peut donc comprendre ses applaudissements ironiques envers Mr Mazzoleni. La rencontre s’est terminée mais personne n’oubliera ce qui s’est passé. Entre temps l’instance disciplinaire de la fédération italienne a décidé de sanctionner l’Inter de 2 matchs à huis clos et un 3ème avec un huis clos partiel. En effet, le virage nord, où sont installés ses principaux groupes, sera fermé. Suffisant ? Pas vraiment.

Une vilaine habitude

Il faut malheureusement avouer que les insultes racistes contre les joueurs existent depuis toujours en Italie. Ce même Koulibaly a été agressé cette saison à l’Allianz Stadium par des tifosi de la Juventus. Ironie du sort, un joueur de la Vieille Dame, Blaise Matuidi, a été victime lui aussi victime de ces cris à Cagliari en janvier 2018. Le cas le plus célèbre ces dernières années concerne Sulley Muntari. Le Ghanéen évoluait à Pescara 2016-2017. Il était la cible de cris racistes à Cagliari et il a fini par quitter la pelouse vu que l’arbitre n’a pas accepté d’arrêter le match. Ce geste lui avait valu un deuxième avertissement et donc un carton rouge. Avant ceci, lors de la saison 2005-2006, le défenseur de Messine Marc-André Zoro était victime d’insultes de la part des supporters de l’Inter. Ce jour là, il a décidé d’abandonner le match avant de revenir sur sa décision suite aux excuses des joueurs du club lombard. En Octobre 2010, Samuel Eto’o était lui aussi attaqué par quelques tifosi de Cagliari. L’arbitre Tagliavento a arrêté la rencontre mais c’est le Camerounais lui même qui a demandé de continuer la jeu. Résultat : son équipé s’impose 1-0 et grâce à son but. La meilleure manière de se venger ! Koulibaly n’était malheureusement pas le 1er joueur à subir ces cris racistes. Il est donc le temps de durcir les sanctions contre ce type de comportement et essayer de l’enterrer. No To Racism !

Nadhem Korbi

Rédacteur



Lire aussi