Khedira-Pjanic-Matuidi, le milieu à trois têtes

Par Laïla Borcard publié le 24 Fév 2018
Crédits

Malgré la capacité de renversement de jeu de Pjanic et la solidité désormais acquise de Khedira, il y avait comme une impression de chaînon manquant sur le milieu de terrain turinois. Allegri, fine oreille, à exaucé ces vœux avec le recrutement de Matuidi. La nouvelle recrue française a parachevé la construction du jeu et a permis la naissance d’une alliance brillante et inédite, non sans contrepartie.

La magie opéra

L’élaboration de ce trio a favorisé un jeu réorienté vers le milieu. En effet, dans le 4-3-3 d’Allegri, le milieu de terrain gagne en liberté et en espace. Pjanic, Khedira et Matuidi sont mobiles et presque interchangeables sur le terrain. Et la création de cet espace a du même coup baissé les projecteurs qui étaient auparavant braqués sur les attaquants, ce qui a consolidé le collectif et a redonné de l’importance au fait de faire circuler le ballon, avec plus de précision. Car ces trois joueurs ont une réelle qualité dans leurs passes et notamment dans leurs passes courtes. Leur capacité de concentration à également bénéficié à tout le groupe, qui apparaît moins fébrile qu’avant. Symbole de cet apport au collectif, la titularisation de ces joueurs s’est faite sur des temps différents. Pjanic, de par sa polyvalente et sa qualité sur coup de pied arrêté, a vite gagné sa place. Matuidi également, mais de manière peut-être plus surprenante. Khedira a lui du faire ses preuves et s’acclimater au style de jeu italien, mais culmine aujourd’hui avec 6 buts cette saison à la 3e place des meilleurs buteurs de la Vieille Dame, derrière Higuain et Dybala.

Une entente trop exclusive ?

Il a été beaucoup question ces derniers temps dans la presse italienne et française de l’engouement du club turinois pour Matuidi, ainsi que de son caractère indispensable. Mais, en gagnant ce statut d’élément fondamental, le joueur français est du même coup susceptible de laisser un vide lors de ses absences, notamment pour ce qu’il s’agit de la couverture défensive. C’est ce qu’on a pu observer depuis sa blessure du 4 février dernier et d’autant plus lors du match de Champions League contre Tottenham, où Khedira et Pjanic ont été relativement transparents. Il n’en reste pas moins qu’au delà de la qualité individuelle de Matuidi, le vrai manque fut celui de la cohésion de ces trois joueurs. Car si Matuidi est ou deviendra indispensable, il ne faut pas oublier que ces joueurs sont interdépendants. On imagine mal par exemple un milieu seulement composé de Khedira et du français. L’intérim de Sturaro, à gauche ou bien à droite comme pendant le derby turinois, à été peu probante, bien qu’il ait gagné en solidité. Le banc de la Juventus n’offre en effet que peu d’alternative au trio magique, Marchisio ne pouvant être utilisé à plein temps. Aussi, si Matuidi, remis de sa blessure, est revenu à l’entraînement mercredi, Khedira (dont le contrat se termine l’année prochaine), à évoqué son avenir lors d’une interview à Sport 1 : « La Bundesliga est une ligue intéressante, même si elle a des problèmes à régler. Je suis bien à la Juventus mais en général je me sens bien à l’étranger. […] Je suis encore jeune, je n’exclue pas un retour en Allemagne« . Si les contrats de Pjanic et de Matuidi se terminent plus tardivement, il serait pertinent de chercher à conserver ce trio, ou à assurer sa succession.



Avatar

Laïla Borcard

Rédactrice



Derniers articles

Recevez les meilleures Actu du Calcio par email

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.