Kean/Cutrone : l’importance de la tendance et du contexte

Par François Lerose publié le 20 Mar 2019

A l’annonce de la liste de Roberto Mancini pour les matchs qualificatifs pour l’Euro 2020, le nom de Moise Kean apparaît dans les attaquants nommés. En revanche, celui de Cutrone reste à quai, condamné à jouer deux amicaux avec les U21. Pourquoi ?

Une tendance qui s’inverse

Si Cutrone a réalisé des débuts canons avec le Milan AC, le jeune buteur de 21 ans souffre aujourd’hui d’un manque de temps de jeu flagrant. Après le recrutement de Piatek, le Diavolo s’est mué en machine à gagner, porté par son buteur polonais. Une situation qui ne convient guère à un Cutrone désireux de jouer, mais bloqué par un système à une seule pointe et peut-être bientôt, le retour d’un André Silva sur lequel les rossoneri ne veulent pas s’asseoir.

Peu en verve, il faut remonter au 2 décembre dernier pour le voir inscrire un but en Serie A face à Parma. Vient ensuite un doublé en prolongation contre la Sampdoria en Coppa Italia et c’est tout. Des bouts de matchs s’ensuivent sans que le jeune italien ne puisse trouver d’espace avec Gattuso, qui lui somme de continuer à travailler. Il n’en fallait pas plus pour que son agent lâche à demi-mots des envies d’ailleurs. Une situation instable et une hype qui faiblit autour d’un joueur au potentiel certain mais qui n’arrive pas à convaincre sur la durée. Côté Nazionale, après une prestation décevante lors de sa convocation contre le Portugal, il est confié à Di Biagio pour les U21. Mancini déclare cet hiver qu’il est “difficile de prendre des joueurs aux U21 en ce moment”. Un groupe jeune se construit autour d’un socle pour préparer l’Euro U21 qui aura lieu en Italie cette année. Une compétition sur laquelle Cutrone peut briller, afin de s’aguérir et retrouver une confiance qui le fuit petit à petit, sur le banc du Milan. L’argument s’entend, d’autant plus que, l’équipe U21 de l’Italie a une belle figure avec de nombreux habitués à la Serie A (Meret, Locatelli, Mandragora). Plutôt une Italie B, qu’une véritable équipe de jeunes, dans laquelle Cutrone peut s’épanouir.

Kean, le facteur Juventus

Pour Moise Kean, le constat est autre. Peu en vue et de trois ans le cadet de Cutrone, l’Italien a explosé l’été dernier lors de l’Euro U19 où il a guidé l’Italie en finale face au Portugal. Avec la Juventus, le temps de jeu n’est pas aisé, mais il a saisi sa chance à chaque fois qu’il a été appelé. Du haut de ses 18 ans, il n’a pas peur d’aller au charbon en Champions League et sa dernière titularisation en Serie A a eu du bon. Un doublé face à l’Udinese et une mise en lumière médiatique.

Pas habitué à la sélection U21, qu’il a fréquenté uniquement en début de saison, Mancini voit en lui un futur leader d’attaque en Nazionale. Un profil différent de ce qu’il se fait actuellement, plus technique, plus vif, plus polyvalent. Outre les préférences de Mancini, on connaît l’attirance qu’il a pour les tests. Le groupe élargi de 29 joueurs montre son envie d’avoir tout le monde à disposition. Le fait que Moise Kean évolue avec les meilleurs joueurs du championnat au sein de la Juventus joue également en sa faveur. Une promotion logique donc pour ce talent brut, mais qui ne pourra non plus durer si Kean ne s’impose pas plus en championnat, et ce dès l’année prochaine, voir même sur la fin de saison actuelle, en profitant du turnover d’Allegri en vue de la Champions League.

Que cela vaille pour les deux joueurs, la Nazionale, dans la durée, se mérite d’abord en club. Chacun aura sa chance, ne soyons pas trop pressés et surtout, ne crions pas trop vite au scandale. Patience.

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi