Kalinic, la belle surprise de la Viola

Par Matteo Pogliani publié le 25 Nov 2015

Nikola-Kalinic

Une arrivée sur la pointe des pieds

Après le transfert raté de Mario Gomez, la Viola se cherchait un profil bien particulier complétant ceux d’Ilicic, Bernardeschi, Babacar et Giuseppe Rossi de retour après sa longue blessure. Et il faut dire que les dirigeants florentins et Paulo Sousa, tout fraîchement nommé entraîneur, ont pris le temps de choisir leur joueur. C’est finalement, à la surprise presque générale, que le choix s’est porté sur Nikola Kalinic, attaquant international croate en force au Dnipro Dnipropretovsk. Plusieurs noms avaient pourtant circulé du côté de Florence, notamment celui de Destro, mais les rapports qualité-prix n’étaient pas réellement satisfaisants. Kalinic a lui signé un contrat jusqu’en juin 2019 et ce pour la modique somme de 5,50 millions d’euros. Oui, un montant somme toute réduit pour un attaquant qui a toujours marqué là où il a joué. Une quarantaine de réalisations au Dnipro avec notamment un but en finale d’Europa League ont convaincu la Viola de miser sur lui, un joueur qui du haut de ses 27 ans semble réellement être arrivé à maturité. Peu médiatisé avant, son arrivée n’a pas fait autant de bruit que celles de Mandzukic ou encore Dzeko. Et pourtant aujourd’hui, son nom est sur toutes les lèvres dans la Botte. Une énigme planait quant à son niveau, et Sousa n’a pas mis beaucoup de temps à la résoudre pour que ce dernier se sublime en ce début d’exercice.

Pour des débuts retentissants

En peu de temps, Kalinic est ainsi devenu un élément incontournable du secteur offensif de la Fiorentina, notamment grâce à sa très bonne complémentarité avec Ilicic. Mais lorsque l’on essaie de décortiquer la phase offensive du jeu proposé par Sousa, on comprend mieux les raisons du transfert du Croate du côté du Franchi. Deux latéraux offensifs, notamment Marcos Alonso sur le flanc gauche, et deux électrons libres comme Ilicic et Borja Valero à la baguette, tous nécessitent d’avoir un point de repère devant capable à la fois de jouer dos au but, mais aussi d’attaquer les espaces pour répondre présent à la réception de leurs offrandes au cœur de la surface adverse. Tout Kalinic quoi ! Généreux dans ses appels et dans son travail défensif, il est rapidement devenu indispensable. Pour cause, son entrée en jeu face à Empoli a complètement changé le visage de l’équipe. Sa prestation a par ailleurs été couronnée par un doublé permettant d’effacer la première période très poussive des protégés de Sousa. Et que dire de son triplé retentissant face à l’Inter à San Siro, il y a quelques journées de cela. En équipe nationale aussi, le Croate semble prendre ses marques, avec un but inscrit lors du dernier match amical. Nikola est sans aucun doute l’un des hommes forts de la Viola, permettant à celle-ci de rêver en grand. Les ingrédients d’une saison menant au Scudetto sont une défense solide, qui avant cette dernière journée avait répondu présente, et un grand attaquant capable d’inscrire une vingtaine de buts. Et pour cela, il semble bien que la Fiorentina ait trouvé son buteur en la personne de Kalinic. Ce n’est pas encore Batistuta, ni dans le jeu, ni dans le cœur des supporters, mais Nikola a commencé cette expérience florentine de la meilleure des manières. Et les tifosi l’ont déjà adopté.

Matteo Pogliani

Rédacteur



Lire aussi