Jhon Chancellor, le titan de Brescia

Par Aurélien Bayard publié le 05 Avr 2020

Après huit ans de purgatoire, Brescia retrouvait enfin l’élite cette année. Et pour être à la hauteur de cet événement, les Rondinelle cherchaient les bonnes affaires cet été pour faire bonne figure. Ils jettent alors leur dévolu sur un colosse d’1,98m à la longue barbe épaisse, Jhon Chancellor. Dès l’ouverture du championnat, il étrenne son nouveau maillot et devient ainsi le quinzième vénézuélien à fouler les pelouses de Serie A. Depuis, le défenseur est un des joueurs les plus décisifs à son poste. Portrait du golgoth.

Pousser vers le football

Né en 1992 à Puerto Ordaz, Chancellor vient d’une famille très nombreuse. Grâce aux deux mariages de sa mère, Jhon compte cinq frères et quatre sœurs. Au départ, rien ne le prédestinait au football. En effet, le sport national du Venezuela est le base-ball. Une discipline dans laquelle il s’essaie au poste de lanceur dans sa jeunesse. Ces errements sportifs ne s’arrêtent pas là puisqu’il teste également le volley-ball ainsi que le basket-ball. Heureusement pour lui, un de ses frères aînés, Juan Carlos, le convainc de se donner à 100% pour le ballon rond. Mais là encore, quelques embûches se dressent sur son chemin. Les études priment chez les Chancellor. Surtout pour le père, Carlos, engagé en politique et maire de Tumeremo depuis plus de 10 ans. Le défenseur central s’était même inscrit à l’université. Avant de s’arrêter lorsqu’il joue ses premiers matchs avec les Mineros de Guayana, club de sa ville natale.

Légende locale

Avant de retrouver le Vieux continent dont proviennent ses aïeuls – son arrière-grand-père est Anglais – Chancellor se forge une bonne réputation locale. D’abord au sein de son club formateur mais en deux actes. Le premier est en dents de scie. A même pas 18 ans, il dispute quinze matchs avant de voir son temps de jeu réduire à peau de chagrin l’année suivante. Et malgré un troisième exercice à la hauteur de sa saison initiale, il part grandir au Deportivo Lara. En deux ans il convainc ses anciens dirigeants qu’ils ont fait une erreur. Surtout lorsqu’en 2014-2015, le défenseur de 23 ans participe à 32 matchs – tous en tant que titulaire – et se permet d’être un des capitaines et score quatre buts. « Le temps passé au Deportivo Lara a été important pour ma carrière. J’en avais besoin pour gagner plus de confiance et je suis heureux de retourner à Mineros, ma maison » déclare-t-il lors de son transfert. Un an et demi plus tard, il quitte de nouveau le nid de Puerto Ordaz pour le Deportivo La Guaira. En 2017 c’est son pays natal qu’il laisse derrière lui quand il débarque au Delfín, club historique de Serie A équatorienne.

Révélation à la Copa

L’escapade équatorienne est probante car en moins d’un an les sirènes européennes sonnent aux oreilles du défenseur. Et qu’importe s’il doit aller au Daghestan, Jhon franchit le pas et signe à L’Anzhi Makhachkala. Ce sera les deux saisons les plus difficiles de sa carrière. Un unique match face au Spartak Moscou, synonyme de défaite 4-1, puis une blessure le conduit à manquer le reste de la saison. Makhachkala aurait même dû être relégué mais il profite de la banqueroute du FC Tosno pour rester dans l’élite russe. Le Vénézuélien dispute 14 des 17 matchs possibles au cours de la première moitié de la saison 2018, mais les aigles restent englués dans zone de la relégation. Chancellor profite de la longue trêve hivernale pour s’enfuir et atterrir au Qatar, au Al Ahli Doha. Son autre demi-saison n’est pas folle – seulement 6 matchs – mais c’est assez pour s’envoler à la Copa America 2019. Son salut viendra de là. Titulaire au sein de la Vinotinto qui surprend les observateurs en atteignant les quarts de finale, Chancellor tape dans l’œil de Cellino qui l’emmène donc en Italie. Déjà satisfait de sa trouvaille, le président de Brescia a déjà prolongé unilatéralement le contrat de son défenseur jusqu’en 2022. Et dans l’hypothèse où Brescia pourrait descendre, un défenseur-buteur comme lui servirait à d’autres équipes de l’élite.

Aurélien Bayard



Lire aussi