Jeunes italiens, l’avenir est à vous : Luca Vido

Par Ben Soffietti publié le 12 Sep 2020

Nous continuons de dérouler le classement TuttoMercatoWeb des 100 meilleurs espoirs italiens actuels. À la 42ème place, nous retrouvons Luca Vido, attaquant de l’Atalanta, prêté la saison passée du côté de Pisa.

Date de naissance : 3 février 1997
Poste : attaquant
Club actuel : Atalanta

International dès son plus jeune âge

Né en Vénétie, région du nord-est de l’Italie, Luca Vido démarre dans les clubs de sa région. Il rejoint Treviso à 8 ans, puis part pour Padova quatre ans plus tard. Celui qui a plus l’apparence d’un scandinave que d’un Italien, avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds, est repéré par le Milan AC. Chez les Rossoneri, l’attaquant passe par toutes les catégories jusqu’à la Primavera, à l’âge de 16 ans. Parallèlement, il joue avec les jeunes de la Squadra Azzurra, des U15 jusqu’aux Espoirs, marquant régulièrement. Avec les Azzurrini, il fait trembler les filets du Maroc, de la Norvège et de la Serbie en seulement neuf apparitions.

Après quatre saisons à Milan, il est temps pour Vido de découvrir le monde professionnel. Et quoi de mieux qu’un retour à la maison pour cette première expérience. Le mercato de l’hiver 2017 touche à sa fin quand le Milan AC accepte que Vido rejoigne Cittadella, club basé dans la province de Padoue, à une heure de route de la commune de Bassano del Grappo, où l’attaquant a vu le jour.

Revenir chez soi pour s’épanouïr

Vido goûte à la Serie B pour la première fois a 20 ans. Annoncé comme un espoir, il présente déjà du retard comparé à d’autres joueurs qui découvrent l’élite à 17/18 ans comme Moise Kean. Toutefois, Vido poursuit son rêve, gagne du temps de jeu à Cittadella et inscrit quatre buts en douze matchs. Suffisant pour convaincre l’Atalanta de miser sur lui.

Imposant du haut de son mètre 82, Luca Vido est un attaquant costaud mais mobile, très à l’aise dans la surface, adroit face au but et qui aime le duel avec les défenseurs. Il connaît sa première apparition en Serie A en septembre 2017. À la Dea, qui compte déjà deux puissants attaquants avec Petagna et Cornelius, Vido ne joue quasiment pas. Après quatre petits bouts de matchs, il retourne à Cittadella où il dispute 17 matchs en six mois aux côtés de Christian Kouamé. La Citta s’offre des play-offs auxquels Vido participe. Titulaire lors du barrage vainqueur contre Bari, il est également aligné lors de la demi-finale retour. Son club rate la finale après deux matchs nuls et paie un moins bon classement sur la saison régulière.

Une marche trop haute à franchir ?

Après cet encourageant passage à Cittadella, l’Atalanta prête à nouveau Vido, ce coup-ci à Perugia. Choix payant puisque numéro 10 sur le dos, Vido explose avec les Biancorossi et réalise enfin une saison pleine lorsqu’il souffle ses 22 bougies. Aligné 32 fois lors de la saison régulière, il participe activement à la qualification de Perugia en play-offs en inscrivant dix buts, puis un onzième lors du barrage de play-offs. Mais son égalisation est insuffisante face à l’Hellas, futur promu en Serie A.

L’Atalanta est qualifiée pour la Champions League mais Gasperini n’est toujours pas convaincu de l’apport réel de Vido. Très efficace dans le jeu aérien, il ne convient pas à la philosophie de la Dea, fondé essentiellement par du jeu au sol et dans lequel tous les joueurs sont complémentaires. Donc nouveau prêt, mais cette fois Vido se casse les dents. Il cire le banc du côté de Crotone pendant six mois puis se relance un peu à Pisa, où il signe trois buts en 17 matchs. Une demie saison qui a convaincu le club toscan de vouloir le conserver. Ce serait surement une belle opportunité pour Vido qui n’entre visiblement pas dans les plans de la Dea, et qui a 23 ans doit enfin trouver de la stabilité s’il espère un jour découvrir pleinement la Serie A. En attendant, son parcours semé d’embûches justifie pleinement sa 42ème place au classement des jeunes italiens.

Retrouvez les derniers articles sur les jeunes italiens :
Numéro 43 – Roberto Biancu
Numéro 44 – Marco Olivieri 
Numéro 45 – Marco Carraro

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi