Jeunes italiens, l’avenir est à vous : Federico Bonazzoli

Par Teo Contu publié le 17 Oct 2020

Nous continuons de dérouler le classement TuttoMercatoWeb des 100 meilleurs espoirs italiens actuels. Aujourd’hui Calciomio se penche sur celui qui occupe la 35ᵉ place, un certain Federico Bonazzoli.

Date de naissance : 21 mai 1997

Poste : attaquant

Club actuel (2019/2020) : Sampdoria

Un talent précoce

Lancé dans le grand bain par l’Inter à seulement 16 ans et 6 mois, Bonazzoli connaît sa première cape face au Chievo Vérone le 18 mai 2014. Deuxième joueur le jeune de l’histoire du club à débuter sous le maillot nerrazurro, la pression est énorme pour le buteur. Mais elle reste justifiée, car le joueur a impressionné en Primavera, et a notamment marqué un homme.

Stefano Vecchi est probablement le premier véritable mentor sportif de Federico Bonazzoli. Aujourd’hui coach en Serie C à Südtirol, l’attaquant a commencé à attirer son attention puis celle de toute l’Italie sur l’époque de Primavera de l’Inter. Une équipe qui, d’abord avec puis sans Bonazzoli, a remporté tout ce qui pouvait être glané dans leur catégorie : les 2 tournois de Viareggio (2015 et 2018), 2 championnats de printemps (2017 et 2018), 1 Super Coupe de printemps (2017) et 1 Coppa Italia Primavera (2016). Après avoir fait ses gammes avec l’Inter, le jeune prodige est acheté par la Sampdoria.

À la fin du mercato hivernal de 2015, le club de la Doria décide de poser 4,5 millions sur le buteur. Malheureusement pour lui, la transition vers le monde professionnel va s’avérer plus difficile que prévu. Il va enchaîner de nombreux prêts, à Lanciano, Brescia, la SPAL ou encore Padova, sans grand succès.

L’année de la maturité à la Sampdoria

Après 4 saisons consécutives en prêt et seulement 5 apparitions sous le maillot de la Samp depuis 2015, Ranieri décide de donner sa chance à Bonazzoli. Direction le groupe de l’équipe première pour le natif de Manerbio. Et après 20 matchs disputés, force est de constater que le joueur a franchi un premier cap dans sa carrière, notamment sur le plan mental. Car au-delà de ses 6 buts inscrits et du duo intéressant qu’il a formé avec Quagliarella, le joueur s’est surtout montré plus mature sur le terrain.

Un constat qu’il a été le premier à reconnaître : « Après tant de saisons en Italie, je me suis dit : » Il est maintenant temps de changer de mentalité « . Cela devait être la bonne année à tout prix.  […] L’expérience m’a aidé, même si en termes de qualité, je peux encore m’améliorer. J’ai compris l’attitude et la mentalité, et cela a fait de suite la différence. »

Et la récompense de cette belle saison ne s’est pas fait attendre. Prolongé jusqu’en 2025, le jeune joueur semblait s’être bien trouvé à la Sampdoria  : »Ici, à Gênes, j’ai trouvé l’environnement idéal. Avec Fabio aussi, qui m’aide beaucoup, y compris hors du terrain ». Mais c’était sans compter sur les dernières heures folles du mercato…

Avant celle de la confirmation au Torino ?

Après deux titularisations face à la Juventus et Benevento, Bonazzoli démarre la rencontre sur le banc face à la Fiorentina. Et le directeur sportif de la Sampdoria, Carlo Osti, est apparu en conférence de presse comme très ambigu sur l’avenir de Bonazzoli : « Il a récemment renouvelé avec nous. Je le répète, en ce moment, toutes les équipes essaient de compléter les effectifs. Nous sommes ravis qu’il ait des demandes et son appétit signifie qu’il est un joueur fort, voyons voir ce qui va se passer dans les prochains jours ».

Et il n’y a jamais de fumée sans feu. Quelques jours après, le joueur débarque au Torino, en prêt pour une saison avec une option d’achat fixée à 8 millions d’euros. Un choix surprenant, mais où le joueur aura une nouvelle fois l’opportunité d’évoluer avec un autre attaquant en soutien, en la personne d’Andrea Belotti. Un élément du transfert capital selon son mentor, Stefano Vecchi : « Il a toujours joué avec moi en tant que premier attaquant, bien qu’il soit un attaquant très mobile. Aux côtés de Quagliarella à la Sampdoria, il a prouvé qu’il pouvait devenir le deuxième attaquant. Peut-être que pour jouer le rôle du premier attaquant et supporter seul le poids de l’attaque, il n’est pas encore prêt. »

Tuttosport annonçait même cette semaine que l’association Belotti-Bonazzoli était déjà travaillée à l’entraînement et qu’elle pourrait voir rapidement le jour. Réponse aujourd’hui à 15h, face à Cagliari.

Teo Contu

Étudiant en L3 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Lire aussi