Jeunes Italiens, l’avenir est à vous : Edoardo Soleri

Par Killian Picaud publié le 22 Fév 2020

Nous continuons de dérouler le classement TuttoMercatoWeb des 100 meilleurs espoirs italiens actuels. A la 60ème place, nous retrouvons Edoardo Soleri, avant-centre de Padova (Serie C).

Date de naissance : 19 octobre 1997

Poste : attaquant

Club actuel (2019/2020) : Padova (Serie C)

Edoardo Soleri : footballeur, option voyageur

Bien qu’il n’ait que 22 ans, Edoardo Soleri a un parcours très étoffé pour son âge. Né à Rome, c’est pourtant à Buenos Aires qu’il touche ses premiers ballons, dans le quartier de Palermo, là où il a habité étant petit. Sa famille a en effet été amenée à souvent changer de pays pour des raisons professionnelles. Ses premiers souvenirs de stade ont été à la Bombonera, où il allait voir les matchs de Boca Junior avec son père et son frère. Quelques années plus tard, il déménage au Brésil, où il a habité à Rio de Janeiro, non loin des fameuses plages. « Là-bas, ça joue tout le temps au ballon, tout le temps, à toute heure de la journée, dès qu’il y a un ballon » raconte Edoardo dans un entretien accordé à Di Marzio.

C’est donc à l’âge de 10 ans, après avoir baigné dans le football sud-américain, qu’Edoardo Soleri regagne sa terre natale. Revenu à Rome, il intègre le SSD Futbol Club, une académie de football affiliée à la Sampdoria. Progressivement, il va évoluer en tant que milieu défensif, avant d’être replacé en attaque quelques années plus tard, lorsqu’il rejoint l’AS Roma. En 2013, il intègre en effet les u17 de la Roma, où il va vite devenir une vraie machine à buts. Fort de son mètre 96, il devient l’attaquant providentiel de son équipe. Il n’a pas tardé à gagner l’étiquette du « nouveau Luca Toni ». Ses principaux points forts sont bien évidemment son jeu de tête, mais aussi sa vitesse, sa conduite de balle et surtout sa finition devant le but. Pour lui, sa principale inspiration est Edin Dzeko, « l’attaquant le plus complet qui se fait actuellement », selon lui.

Une aventure en Primavera prometteuse

En 2014, il intègre déjà la Primavera giallorossa. Pour sa première saison, il enregistre un bon exercice à 8 buts en 17 matchs. La saison suivante se conclut à 10 buts en 22 matchs, et gagne entre-temps une convocation avec les pros pour un match de Champions League.  Sa dernière saison Primavera sera exceptionnelle : 24 buts en 22 matchs. Il se découvre une capacité à jouer sur les ailes. Il se révèle comme un joueur foudroyant en contre-attaque, capable d’amener le danger très vite dans la surface adverse. En somme, un joueur qui peut convertir très facilement les longs ballons qu’on lui envoie.

En 2017, « Edo » va effectuer son premier prêt à La Spezia. Cette aventure s’avère être un terrible échec. Il ne joue que quelques bouts de matchs, ne marque aucun but. A la mi-saison, il est envoyé à Almeria, en d2 espagnole. Il gagne d’emblée une place de titulaire, marque un doublé au bout de quelques matchs, avant de se faire couper de l’effectif.

La saison suivante, il n’a toujours pas sa place chez les pros. Il effectue donc son troisième prêt en D2 néerlandaise, à Almere City. Dans un championnat plus favorable à son jeu, il totalise 5 buts et 1 passe décisive en 13 matchs. Un prêt concluant qui va sauver sa saison. Son prêt suivant, dans l’équipe B du Sporting Braga, sera très bref. Une blessure survenue après seulement deux matchs joués le tiendra éloigné des terrains pour le reste de la saison.

A l’été 2019, son sort est scellé, il ne sera pas gardé par la Roma. Il s’en va donc à Padova, en Serie C, où il a signé un contrat de 3 ans. S’il n’a pas encore convaincu pleinement avec ses 3 buts en 20 rencontres, il a déjà eu droit à une acclamation des supporters biancoscudati pour avoir marqué le but de victoire contre Vicenza. Un exploit qui, peut-être, sera encourageant pour la suite…

Killian Picaud



Lire aussi