Jeunes italiens, l’avenir est à vous : Andrea Favilli

Par Ben Soffietti publié le 17 Nov 2020

Nous continuons de dérouler le classement TuttoMercatoWeb des 100 meilleurs espoirs italiens actuels. Aujourd’hui, place au joueur qui occupe la 26ᵉ place, l’attaquant du Hellas, Andrea Favilli.

Date de naissance : 17 mai 1997
Poste : attaquant
Club actuel : Hellas (prêté par le Genoa)

Formation toscane et explosion piémontaise

Né en 1997, Andrea Favilli commence le football dans la commune de Zambra, petite ville située en Toscane. Jusqu’à ses 16 ans, il évolue dans le club local du Polisportiva Arci Zambra, jusqu’à ce que l’un des grands clubs de la région le repère. Direction la ville portuaire de Livourne, dont le club de Livorno est tout fraîchement promu en Serie A. Si les Pros font l’ascenseur et retournent aussitôt en Serie B, Favilli fait ses armes avec la Primavera, en enfilant sept buts en une saison et demie. Convaincant au poste d’attaquant, avec un physique de déménageur, Favilli file à la Juventus en janvier 2015, où il devient un redoutable buteur. Il fait trembler 17 fois les filets en Primavera, portant la Juventus jusqu’en finale. Une saison qui s’achève sur une défaite amère en finale contre l’AS Roma, lors de laquelle Favilli rate le dernier tir au but, offrant le titre aux Giallorossi. Au cours de cette saison tout de même réussie, il participe à la Youth League et surtout goûte à la Serie A, lorsqu’Allegri fait appel à lui pour un match à Frosinone en février 2016. Quelques secondes en toute fin de match pour remplacer Morata et voilà Favilli désormais tout près d’atteindre son rêve de devenir joueur professionnel. Personne au passage n’oubliera sa pré-saison 2018 avec la Juventus et ce superbe but inscrit contre le Benfica et le 2-0 marqué face au Bayern Munich.

Découverte de la Serie B et médailles internationales

À la fin de sa riche année à succès du côté de la Vecchia Signora, Favilli s’envole vers l’Allemagne, en compagnie de Dimarco, Locatelli et Barellà. La Nazionale est battue en finale de l’Euro U19 et Favilli, numéro 9 sur le dos, ne marque pas un but de la compétition, mais il délivre toutefois deux passes décisives, démontrant sa capacité à dézoner et à créer des espaces pour ses coéquipiers. À cette médaille d’argent, s’ajoute une médaille de bronze au Mondial U20, où là encore, il occupe l’attaque italienne, pour un but, trois assists et une troisième place.

Entre ces deux compétitions, Favilli découvre la Serie B du côté d’Ascoli. Du haut de ses 20 ans, l’attaquant n’est pas intimidé par les briscards des défenses adverses et il inscrit huit buts en trente matchs. Malheureusement, alors que le club basé dans les Marches lève l’option d’achat, Favilli se rompt les ligaments du genou droit en novembre et passe une saison blanche.

Enfin lancé ?

Racheté par la Juventus malgré sa grave blessure, il est prêté au Genoa. Gêné par les pépins physiques, il ne joue que six matchs la première année, 22 la seconde. Pour un bilan famélique d’un seul but, en Coppa Italia. Dans le marasme de la saison galère du Genoa, Favilli perd son sens du but et le Genoa le pousse vers la sortie. Une aubaine pour l’Hellas qui attire le mètre 91 du buteur dans la ville de Roméo et Juliette. Comme les amants de Vérone, le charme opère rapidement et Favilli marque l’unique but de son premier match. Il est aussi buteur sur la pelouse de la Juventus pour un bon point pris par les Gialloblù. Malheureusement, sur cette réalisation, il se blesse à la cuisse et n’a plus rejoué depuis le 25 octobre.

Cependant, mis dans de bonnes dispositions par Jurić, Favilli a retrouvé le sens du but qu’il avait perdu en Ligurie et cette saison pourrait être celle de la confirmation dans une équipe trouble-fête en Serie A. Cette 26ème place n’attend plus qu’à être justifiée.

Retrouvez les derniers articles sur les jeunes italiens :

Numéro 27 – Enrico Brignoli
Numéro 28 – Marco Tumminello
Numéro 29 – Francesco Cassata
Numéro 30 – Emil Audero
Numéro 31 – Fabrizio Caligara
Numéro 32 – Luca Pellegrini
Numéro 33 – Riccardo Marchizza
Numéro 34 – Antonio Candela

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi