Jérémie Boga, première recrue hivernale de l’Atalanta : au revoir et merci Sassuolo (1/2)

Par Ben Soffietti publié le 02 Jan 2022
Crédits

Annoncé une semaine avant l’ouverture du marché des transferts, Jérémie Boga est le premier mouvement de cette fenêtre hivernale du mercato. Pour un montant de 22 millions d’euros environ, l’Atalanta a convaincu Sassuolo de céder son ailier ivoirien, qui évoluait du côté du Mapei Stadium depuis trois ans et demi. En passant dans une équipe européenne, les dirigeants de la Dea espère que Boga arrivera à faire le salto di qualità et à s’imposer dans un effectif déjà bien rodé. Avant d’évoquer son rôle et ses perspectives du côté de Bergame dans un deuxième volet, Calciomio revient tout d’abord sur les années neroverde de Boga.

Sassuolo, terre d’épanouissement

Né à Marseille, Jérémie Boga attire rapidement l’oeil de Chelsea et intègre le centre de formation des Blues à l’adolescence. Sauf que dans le riche et pléthorique effectif londonien, l’ailier va vivre ce que de nombreux jeunes joueurs appartenant à des clubs anglais subissent : les prêts successifs. Une année en France du côté du Stade Rennais, puis une saison ibérique sous les couleurs de Granada, avant de reculer en seconde division anglaise avec Birmingham. Sa bonne saison dans l’antichambre de la Premier League suscite de l’intérêt du côté de Sassuolo, club qui mise sur de jeunes joueurs à fort potentiel. Ainsi, en échange de quatre millions d’euros, Boga atterrit en Italie en 2018 et y retrouve d’autres jeunes prometteurs comme Locatelli (20 ans) ou Marlon (23 ans), qui s’engagent en même temps que lui. Pour l’ailier, c’est un quatrième pays en quatre saison, mais c’est enfin une terre d’épanouissement et surtout de stabilité. À 21 ans et sous les ordres de Roberto De Zerbi, Boga s’inscrit dans le projet de jeu novateur de Sassuolo. Il réalise une première saison – seulement – correcte, à cause d’une blessure qui l’éloigne des terrains durant deux mois. Mais ce n’était que retarder l’éclosion de l’Ivoirien.

Boga, un poison pour les défenses

Explosif dans ses dribbles, rapide, doté d’une frappe de balle puissante, Boga brille pour sa deuxième saison en Italie. 35 matchs, dont 28 titularisations, au cours desquels il inscrit onze buts, notamment contre l’Inter et la Juventus et délivre quatre passes décisives. Composée de jeunes pousses telles que Boga, Raspadori et Hamed Traoré, bien encadrées par l’expérience de Berardi, l’attaque de Sassuolo termine sixième de Serie A avec 69 buts inscrits, soit plus que le Milan AC et le Napoli, qui terminent malheureusement devant les Neroverdi au classement. L’essentiel est ailleurs pour Boga qui a conquis son entraîneur : « Boga est arrivé et ne savait comment se situer, ni par rapport à ses coéquipiers, ni par rapport au but, mais quant à la capacité à éliminer un adversaire, je mets Messi devant lui et puis … [je devrais réfléchir pour en trouver un autre]. »

À cause de plusieurs petits pépins physiques, sa troisième saison est beaucoup moins éclatante avec 27 matchs, mais il conserve la confiance de son entraîneur malgré son irrégularité et son efficacité perdue.

Envies de départ et fin d’aventure décevante

Mais au bout de trois ans, Boga a des envies d’ailleurs. L’OM, le club de sa ville natale lui a fait les yeux doux, comme le Shakhtar Donetsk. Le club ukrainien a attiré l’entraîneur de Sassuolo, De Zerbi, et le défenseur Marlon et a fait une offre concrète pour Boga, qui aurait pu découvrir la Champions League si Sassuolo n’avait pas bloqué son ailier.

Et souvent, ce genre de décision n’est jamais bénéfique, ni pour le joueur, ni pour son club. Résultat, six mois plus tard, Boga n’a démarré que huit matchs et n’a battu aucun gardien en quinze essais. La tête ailleurs, blessé à deux reprises, il perd des points aux yeux d’Alessio Dionisi qui donne plus d’espaces à Traoré (17 matchs) et Raspadori (19). Ainsi, quand la belle offre d’environ 22 millions d’euros est arrivée sur la table des dirigeants de Sassuolo, la réflexion fut de courte durée, pour un joueur acheté quatre millions à l’été 2018. Boga quitte donc Sassuolo après trois saisons et demi et 98 matchs de Serie A. Cependant, il ne partira malheureusement pas sur sa meilleure image, ses dernières prestations ayant été décevantes.

À retrouver :

Épisode 1 – Au revoir et merci Sassuolo
Épisode 2 – Franchir un cap à Bergame

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles