J-1 FC Porto-AS Roma : L’heure de vérité, Manolas dans le groupe, 4-3-3 ou 4-2-3-1 ?

Par Loris Meucci publié le 05 Mar 2019

A la veille du huitième de finale retour entre le FC Porto et l’AS Roma, Calciomio revient sur les principales informations au sujet du match.

Simple accident ou mal plus profond ?

Seulement quelques jours après la gifle reçue lors du derby de la capitale (0-3), les hommes de Di Francesco ont une occasion en or de tourner la page. Encore faut il être en mesure de le faire. En effet, rien de très rassurant lors des dernières prestations tant les romains ont été malmenés et ont éprouvé toutes les peines du monde pour venir à bout de Bologne et Frosinone, avant de finalement sombrer contre la Lazio. Mais pas le temps de ruminer pour cette équipe qui est capable du meilleur comme du pire et donc, de relever la tête.

Retour au 4-2-3-1 ?

Eusebio Di Francesco pourrait ne pas reconduire le onze victorieux du match aller et miser sur la paire De Rossi-N’Zonzi au milieu de terrain. Cette association aurait pour but d’équilibrer le bloc et de colmater des brèches trop souvent béantes, ces derniers temps. L’expérience et les profils des deux trentenaires permettraient à Lorenzo Pellegrini d’accompagner plus fréquemment les offensives romaines et soutenir plus fortement Dzeko. Zaniolo arpenterait une nouvelle fois le côté gauche de l’attaque.

Manolas dès le départ ?

Le guerrier grec a participé à la dernière séance d’entraînement et semble avoir récupéré de sa blessure. Il devrait tenir son poste en charnière centrale aux côtés de Fazio. Une très bonne nouvelle pour la Roma qui a plus que jamais besoin de son taulier. Sur le flanc droit, Karsdorp est opérationnel et se tient prêt à suppléer Florenzi avec qui il est en ballottage. Under et Schick ne sont quant à eux toujours pas prêts, la faute à des cuisses particulièrement capricieuses.

S’inspirer du match aller et marquer

L’AS Roma avait livré une très bonne prestation au match aller en créant beaucoup et en concédant relativement peu. Une forme de sérénité et une certaine maîtrise qu’elle serait inspirée d’emporter dans ses valises, cette fois ci. Si la Roma risque malgré tout de subir les assauts portugais devant leur public, elle détient aussi les armes pour refroidir l’Estadio do Dragao. Des nerfs solides et un Dzeko des grands soirs seront sans doute nécessaires pour passer ce tour.

Loris Meucci



Lire aussi