Iván Marcano, une maturité bienvenue

Par Anthony Maiorano publié le 22 Juin 2018
Crédits

La venue du défenseur ibérique – passé notamment par Villarreal, Getafe, l’Olympiakos ou encore le Rubin Kazan – démontre à quel point les dirigeants romains entendent intelligemment étoffer leur contingent en vue d’une prochaine cuvée placée sous le signe de la continuité. Des suites d’un accord trouvé sur la base d’un salaire à 2 millions d’euros par saison pour trois ans, ils s’octroient de fait les services d’un combattant au vécu international important et à l’engagement sans faille. Issu du réputé centre de formation du Racing Santander, son parcours sportif fait l’étalage de 78 présences en compétitions européennes. Débarqué dans l’antre du Dragon à l’été 2014, le bonhomme a enchaîné les saisons à plus de 30 apparitions chacune tout en accumulant de la confiance en ses propres moyens. Une solidité retrouvée et une complémentarité optimisée avec son pendant Felipe permettant aux Portugais de bénéficier d’une assise défensive de tout premier ordre. Il retrouvera donc la cité éternelle, deux ans après avoir muselé avec bravoure et fermeté une écurie giallorossa fébrile offensivement lors des préliminaires pour l’accession en phase de poules de la Champions League. Une belle carte de visite.

Goleador caché

Agressif et rugueux sur l’homme – tout en étant un joueur correct et aux attitudes irréprochables -, il a énormément élargie sa panoplie afin de devenir un élément complet de son arrière-garde. Que ce soit dans la capacité d’anticipation ou dans la propreté de la première relance, il a énormément progressé grâce aux préceptes de jeu imposés par son mentor Sergio Conceição. En effet, il est un des joueurs effectuant le plus de passes par match avec une moyenne établie à 50. Lors de l’ultime exercice qui s’est terminé par l’obtention du championnat après cinq années de disette, Marcano a disputé 46 rencontres toutes compétitions confondues (4’033 minutes comptabilisées pour 7 réalisations et un assist). Des statistiques personnelles qui portent à 27 buts et 14 assists en carrière. Un bilan plutôt flatteur pour un défenseur de métier qui n’hésite que très rarement à se projeter vers l’avant en situations favorables ou à se montrer menaçant sur coups de pieds arrêtés. Du haut de son mètre 91, le gaucher pur profite de son gabarit avantageux pour se faire respecter lors de ses voyages dans les airs (70% de duels aériens remportés lors la saison écoulée).

Un profil complémentaire

Avec un style de jeu très proche de celui de Federico Fazio, le transfert du natif de Santander pourra être une alternative de qualité et une réelle plus-value pour Di Francesco. Aux côtés de l’Argentin, de Manolas et de Juan Jesus, les solutions de rechange semblent ne pas manquer à l’appel. Sous réserve que le récent transfuge espagnol s’intègre rapidement et ne soit pas placé dans le tiroir des seconds couteaux à l’image d’Hector Moreno l’année dernière ou encore de Thomas Vermaelen voici deux ans, il pourrait sans nul doute se tailler une place de choix dans la défense à quatre des Romains. Son leadership et sa saine communication ont beaucoup été appréciés lors de sa pige au Portugal. A lui dorénavant de mettre toutes les chances de son côté pour s’imposer dans un club à la pression constante et aux éternelles ambitions élevées.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Maurizio Sarri donne un indice sur son avenir

Le Milan AC relance le dossier Roberto De Zerbi

Nicolò Fagioli de retour dans le groupe de la Juventus après sept mois d’absence

Daniele De Rossi rassure concernant son avenir à la Roma

La Juventus prêt à poursuivre Allegri en justice ?

Avatar

Anthony Maiorano

Rédacteur



Derniers articles