Inter, où est la progression ?

Par Cesco publié le 04 Mai 2019

Alors qu’elle retrouvait cette saison la Champions League pour la première fois en 6 ans, l’Inter entamait sa véritable mue. Mercato encourageant, objectifs en hausse affichés. Malheureusement, à quatre matchs de la fin de la saison en Serie A, les Nerazzurri sont à une 3ème place par défaut, avec un total de points (62) inférieur à la saison passée, et sortis des différentes coupes par la petite porte. Faut-il s’inquiéter pour autant ?

Une saison d’imprévus

Si l’on est coutumiers des grandes annonces qui font « plouf » concernant l’Inter, celles du Suning ne sont pas passées inaperçues pour autant. #InterIsComing. Un slogan dégainé et des ambitions de retour au premier plan assumées avec une qualification en C1. Encore sous la menace du Fair Play Financier l’été dernier, l’Inter n’a pas eu les mains libres pour construire un effectif, qui souffrait d’énormes lacunes. Manque de profondeur, de qualité à certains postes, manque de profils pour la technique de Spalletti (le fameux numéro 10, le vice Icardi, manques de défenseurs…), la liste est longue pour le coach qui entamait alors sa deuxième saison à la tête de la Beneamata.

Malheureusement, aux objectifs de renforts s’ajoutent les impondérables imprévus qu’une saison peut apporter dans son sac. La blessure de Vrsaljko, celle de Keita, celles de Nainggolan, ou encore la baisse de forme d’un Candreva, d’un Miranda ou d’un Perisic pendant un temps. Tant de facteurs qui ont rendu la tache une nouvelle fois difficile pour l’Inter. Malgré cela, le club reste en ligne avec ses objectifs, à savoir : faire mieux que la 4ème place de l’an passé et renouveler la rencontre avec la Champions League. Pour projeter plus grand ?

Après la pluie, le Suning

Cet été, plus de FPF sur le dos de l’Inter et des ambitions clairement affichées de renforcer drastiquement l’effectif. Pas de révolution en vue mais des retouches. Pour autant, les Nerazzurri ne doivent pas retomber dans leur principal travers : l’impatience. Pour la saison de la confirmation du retour au haut niveau, l’Inter affiche un niveau de jeu encore instable alternant les phases entraînantes à de longues périodes de possession stériles, mais compense par une envie et une grinta hors norme. Si les troubles de la gestion Icardi par Marotta ont failli perturber le club, avec 4 points d’avance sur l’AS Roma à 4 journées de la fin, l’Inter est plus sereine qu’il n’y parait. Mieux, elle semble tranquille et calme, capable de traverser les tempêtes qu’elle traverse sans couler. Une première dans l’histoire récente d’un club, habitué à l’instabilité chronique depuis l’ère Mourinho. Alors non, l’Inter n’est pas décevante même si la progression n’est pas encore flagrante, elle est encore un peu laborieuse, mais en ligne avec ses objectifs. L’année prochaine, elle passera au révélateur pour de bon et c’est à ce moment là qu’il faudra ne pas décevoir.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi