Insigne face au destin

Par Cesco publié le 30 Nov 2015
Crédits

lorenzo_insigne_napoli

Il était une fois, dans la magnifique ville de Naples, un petit homme qui s’appelait Insigne. Lorenzo de son prénom, balle au pied, avait un rêve, celui d’un jour porter le maillot du Napoli. Il y parvint, même si cela n’est pas toujours chose facile. Avec une attente plus grande que pour ses coéquipiers, le scugnizzo connaît une histoire à la fois remplie d’amour, mais par moments de haine également. Mais cette saison, le petit Insigne a changé. Déjà sept buts en Serie A, soit une réalisation de moins que lors de ses trois dernières (et premières) saisons sous le maillot napolitain. Du haut de ses 24 ans, il prend une autre dimension depuis l’arrivée de Sarri au club. Après avoir passé toute la pré-saison en tant que numéro 10 pour le schéma tactique initialement prévu, il évolue finalement sur l’aile gauche de l’attaque, sa position préférée de ses propres aveux. Sept buts donc, mais aussi quatre passes décisives au compteur avant le match face à l’Inter de Milan ce soir : si le Napoli va bien en championnat, il le doit en partie au niveau de son petit bijou, qui s’impose cette saison comme l’un des meilleurs joueurs italiens à son poste.

Il est pourtant snobé par l’actuel sélectionneur italien, à savoir Antonio Conte, qui préfère convoquer El Shaarawy ou Cerci à sa place. Car seul des joueurs titulaires en club et qui « méritent » de porter le maillot italien peuvent être retenus par le chauve à perruque. Mais Lorenzo Insigne ne fait pas attention à ça : après sa récente non-convocation surprise, il claque un but et une passe décisive, la meilleure des réponses à son détracteur. Match après match, l’ailier gauche s’améliore et devient indispensable à l’équipe. S’il tient toute la saison sur ce rythme, notamment physiquement, il peut faire rêver le San Paolo d’un possible… Non, par superstition ce mot ne sera pas écrit dans l’article. Disons que le Napoli peut viser haut cette saison, surtout que le championnat est relativement ouvert, même si en tête l’écart entre les équipes n’est pas très grand, et que tout peut aller très vite. Lorenzo Insigne est en train de devenir grand, comme quoi il y a toujours de l’espoir.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles