Immobile, enfin lancé ?

Par Jérémie Panizzoli publié le 29 Avr 2017
Crédits

Lorsqu’il a débarqué en provenance du FC Sevilla cet été, ils étaient beaucoup à douter des possibilités de réussite pour le natif de Torre Anunziata. En effet, parti au Borussia Dortmund en 2014 pour assurer la succession de Lewandowski, l’avant-centre a semblé patiner durant cette période. Transféré la saison suivante à Sevilla puis prêté au Torino, le numéro 17 cherchait un point de chute pour se fixer afin de se relancer. Évidemment, au moment où la possibilité Lazio s’est manifestée, Ciro n’a pas hésité très longtemps à saisir cette opportunité. Avec Inzaghino sur le banc, le plan paraissait simple sur le papier : Un poste de titulaire, une équipe qui joue pour lui et un effectif de qualité. Et dans les faits, ça donne quoi ?

Un début de saison perçu comme un déclic

Buteur pour l’ouverture du championnat face à l’Atalanta, Immobile n’a pas perdu de temps à cogiter sur ses qualités de buteur. Vite débarrassé du fardeau lié au premier but sous ses nouvelles couleurs, il a pu se concentrer sur sa relation avec ses partenaires, les attentes de son coach. Un travail de fond, invisible pour les tifosi mais qui est primordial pour un attaquant avec ce profil. Enchaînant les prestations convaincantes les semaines suivantes, il est naturellement appelé par Ventura aux cotés de Belotti en Nazionale. Buteur décisif face à la Macédoine en toute fin de rencontre, il a enchaîné avec son club les semaines suivantes d’autres buts importants. On pense notamment aux buts inscrits face à Sassuolo, Crotone, Atalanta ou Udinese qui ont donné trois points à chaque fois.

Une générosité impressionnante sur le terrain

Véritable avant-centre moderne, Immobile ne porte pas bien son nom. Il est typiquement le genre de joueur qui e compte pas ses efforts, capable de sprinter sur 50 mètres à la 88ème minute. Evidemment, cette débauche d’énergie peut se révéler négative sur le bilan statistique du goleador car elle enlève une partie de lucidité au moment décisif. On pense à certains face à face ratés qui auraient pu être mieux gérés ou à certaines contre attaques mal conclues. Certes, ces manques dans la finition n’ont pas une incidence incroyable sur le cours de la saison biancocelesti, déjà brillante, mais qui sait jusqu’où aurait pu aller cette équipe avec ces buts supplémentaires…

Un respect total du club et de ses tifosi

Outre ses qualités intrinsèques de buteur, Ciro Immobile possède un atout important aux yeux des tifosi du club : le respect du maillot voire même l’amour du maillot. Pourtant, tout le monde sait bien qu’Immobile n’est pas né à Rome, il n’a jamais évoqué un passé de tifoso du club et il a déjà porté les couleurs d’autres clubs en Serie A. Oui mais, Immobile est un vrai professionnel qui sait ce que représente la passion pour des couleurs. Pour s’en rendre compte, il suffit de voir la célébration de chacun de ses buts sous la tunique laziale. Déchainé, embrassant l’écusson et allant spontanément vers la Curva, il n’en faut pas davantage pour se faire une place dans le cœur du peuple de la Lazio. Et cela, Immobile l’a bien compris et ce ne sont pas les 2 buts inscrits en demi finale de Coppa face au rival qui démontreront le contraire…

Et maintenant ?

Premier buteur italien à dépasser les 20 buts sous les couleurs de la Lazio depuis un certain Beppe Signori, la saison du numéro 17 est déjà une réussite à tous les points de vue. Arrivé à maturité, le Bomber semble avoir enfin trouvé le bon club pour ses ambitions et ses qualités. Logiquement, plusieurs clubs huppés devraient tenter de le débaucher cet été. Toutefois, le véritable intérêt d’Immobile se trouve dans la stabilité. Changer de club à un an d’une possible Coupe du Monde, on a connu plus malin comme plan pour se faire sélectionner à coup sur… Avec un coach comme Simone Inzaghi qui croit en lui, une possible qualification européenne et peut-être un trophée à glaner en fin de saison, la priorité est de s’inscrire sur la durée. Après avoir déjà connu 7 clubs à seulement 27 ans, le droit à l’erreur n’existe plus. A Ciro d’en profiter comme il sait si bien le faire…




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles