Immobile, par amour du Toro

Par Gilbert Simonutti publié le 20 Jan 2016

immobile

Le président Cairo avait affirmé il n’y a pas si longtemps qu’il n’aimait pas les retours d’anciens joueurs. Il a finalement fait une exception pour Ciro Immobile qui voulait absolument revêtir à nouveau le maillot Granata pour retrouver des sensations perdues entre Dortmund et Séville. En ligne de mire, aussi, pour l’attaquant napolitain la possibilité d’intégrer la liste des 23 d’Antonio Conte pour l’Euro en juin prochain. Un choix de raison mais aussi de cœur. « Certains amours ne se terminent jamais, ils font des tours immenses avant de se retrouver. » Ces belles paroles, signées Immobile et postées sur Twitter montre combien le buteur tient au Torino. Ses retrouvailles avec les tifosi se sont d’ailleurs très bien passées puisque le match contre Frosinone s’est soldé par un festival offensif et une victoire 4-2 qui fait chaud au cœur. Celui qui a choisi le numéro 10 pour son deuxième passage au Toro en honneur de la Mamma y est d’ailleurs allé de son but. Un penalty venu corroborer une prestation pleine d’humilité et de volonté. 97 minutes jouées sans relâche alors qu’il n’avait disputé que quatre rencontres pleines en 2015, deux en Allemagne et deux en coupe d’Espagne.

Une autre preuve d’amour de sa part ? Pour revenir, Ciro Immobile a aussi consenti un sacré effort financier puisqu’il a renoncé à 200.000€ de salaire. De son coté, Urbano Cairo a signé un joli coup en récupérant un buteur en prêt pour 850.000€ avec une option d’achat fixée à 11 millions d’euros par le Seville FC qui avait automatiquement levé son option d’achat par rapport au Borussia Dortmund. Le club allemand a d’ailleurs longtemps tergiversé pour donner le feu vert à cette opération et les 19 M€ payés au Torino lors de l’été 2014 pour l’attaquant y sont très certainement pour quelque chose. Coté terrain, le retour d’Immobile devrait pousser vers la sortie Maxi Lopez qui, pour ne rien arrangé, est rentré de ses vacances en Argentine avec 5 kilos de trop ainsi qu’Amauri. Quant à Quagliarella, il s’est fait pardonner par les supporters samedi soir alors que Belotti a montré s’entendre très bien avec le revenant Ciro. Son duo avec Immobile samedi soir fait d’ailleurs de nouveau couler de l’encre sur le thème Gemelli del Gol, grande spécialité de la maison grenat comme à l’époque de Pulici-Graziani ou, plus récemment, de Cerci-Immobile. Tiens encore lui ou plutôt déjà lui. Un nom, celui d’Immobile, qui ne semble jamais avoir réellement quitté le Stadio Olimpico de Turin depuis un an et demi tant l’attaquant a fait comme chez lui samedi soir.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi