Il y a 73 ans, la Salernitana remportait la Coppa della Liberazione

Par Michaël Magi publié le 18 Déc 2020
Crédits

9 septembre 1943 : le sud redécouvre la liberté alors que le la moitié-nord italienne subit la domination nazie ou les assauts désespérés de la République Sociale Italienne, reliquat fantoche et pathétique du fascisme. L’Italie est alors coincée entre deux feux : l’invasion allemande en réaction à l’armistice de Cassibile, la progression des forces alliées remontant inexorablement du sud. En Campanie, alors que le roi d’Italie se réfugie à Salerno et que Napoli panse ses plaies, le calcio reprend ses droits.

Le calcio, c’est la vie…

Si la Guerre a interrompu les compétitions nationales, elle n’a pas réussi à éteindre la soif de calcio. En 1944, trois championnats régionaux se partagent le football d’un pays coupé en 3 : le campionato alta italia, fondé sous l’égide de la RSI Mussoliniste, le campionato romano di guerra. Et la Coppa della Liberazione, organisée en Campanie. Seule la troisième peut se revendiquer de la liberté. Et les termes choisis le disent.

Mais au-delà de cette richesse que l’on ne mesure si bien qu’en temps de guerre, il s’agit pour toute la Campanie en janvier 44 de parer à ses besoins les plus immédiats. En rétablissant notamment les voies commerciales alors que Naples a le ventre vide. Alors qu’elle pleure aussi plus de 500 héros, tombés à la suite de 4 journées de lutte contre les forces allemandes en septembre 43. Se nourrir ou réapprendre à vivre ? Un homme, Mario Argento, refuse ce choix…

Naples jette l’éponge

Argento est certes un pionnier du calcio. Joueur de 3 clubs de Naples entre 1912 et 1920, arbitre jusqu’à la fin des années 20, il est encore l’un de ceux qui ont fait le journalisme sportif des premiers âges en Italie, en dirigeant le supplément sport du Mattino di Napoli.  Amoureux de Naples et de la Campanie, Argento l’était aussi et il était naturel que l’idée de ce tournoi soit la sienne.

Sa Coppa della Liberazione est pourtant une compétition de bric et de bric : 13 clubs de Campanie s’affrontant à travers deux phases de championnat (une première de 3 groupes avant un championnat final). Hélas, les aspirations à la liberté ne gomment pas les réalités. C’est ce que mesurera le Napoli d’une cité martyr, contraint d’abandonner, alors que les partenopei avaient obtenu une qualification pour la phase finale. Histoires de ventres vides…

Frères-sang

C’est donc sans le Napoli que la Coppa devra trouver son vainqueur. Et ce vainqueur sera la Salernitana. Un puissant symbole pour un club refondé en 1927 par le pouvoir fasciste, obligeant tous les clubs de Salerno à s’amalgamer sous le nom d’Unione Sportiva Fascista Salernitana. Une revanche sur le passé, les tourments, la honte, acquise au prix des efforts d’une poignée d’acharnés et d’une renaissance.

En 1944, ils sont moins d’une dizaine, dont le joueur Giacinto Vicinanza, à sortir la Salernitana des décombres. Littéralement ! Du club (biancoceleste à l’époque), il ne reste plus rien : ni ballons, ni crampons, ni maillots, désintégrés par les bombardements. Une expédition est alors menée pour dénicher un équipement de fortune parmi les surplus de l’armée yankee. La récolte : 20 pulls en laine de couleur beige. Là encore, personne ne va s’avouer vaincu : teinture après teinture…jusqu’à ce que les maillots ressortent des bassines. Granata : couleur d’une victoire 5 buts à 1 en apothéose contre l’Ilva Bagnolese. Couleur, trois ans plus tard, d’une historique promotion en Serie A.

C’était il y a 73 ans que cette vingtaine d’hommes oubliaient le passé d’une tunique immaculée pour revêtir la couleur sang d’une région célébrant l’ivresse du vin de la liberté. Si l’histoire a oublié leur nom, ils continuent de vivre chaque week-end à travers cette couleur aussi banale que la vie, issue d’une bassine et d’un malencontreux miracle.



Michaël Magi



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.