Iemmello, de roi de Foggia à celui de Perugia ?

Par Aurélien Bayard publié le 14 Jan 2020

Actuel meilleur buteur de Serie B avec 15 buts en 19 matchs, Pietro Iemmello survole le championnat. Avec les Grifoni, il affronte cette après-midi le SSC Napoli, et il sera assurément le danger numéro 1 de la défense des partenopei.

Vers le monde pro à Vercelli

Pietro Iemmello voit le jour en Calabre en 1992 et joue tranquillement dans le club local jusqu’à ce que ses performances intriguent Pantaleo Corvino. L’homme qui avait permis à Lecce de signer des joueurs comme Valeri Bojinov, Cristian Ledesma voire Mirko Vucinic travaille pour la Fiorentina et s’intéresse de près au jeune calabrais. Il le ramène donc dans ses valises et Iemmello découvre à 14 ans le centre de formation de la Viola. Là-bas, il devient une vraie machine à scorer et permet à l’équipe Primavera de remporter une Coppa Italia en 2011. A 19 ans, il est donc temps d’aller grappiller du temps de jeu avec une équipe professionnelle. Maurizio Braghin, entraîneur de Perugia avant l’arrivée de Serse Cosmi cet hiver, manage à l’époque l’équipe de Pro Vercelli. Curieux, il scrute depuis quelques temps les performances du calabrais. «Nous avions besoin d’un jeune attaquant et nous apprécions beaucoup Iemmello » a déclaré Braghin en octobre dernier pour PianetaSerieB.it. Il appelle alors Vincenzo Guerini, le directeur du club toscan, et obtient un prêt de 2 ans avec option d’achat à 200 000 €.

Temps perdu à Lo Spezia

Malgré une forte personnalité, Iemmello s’intègre bien dans l’effectif piémontais. Il se montre sous son meilleur jour pour une seule et bonne raison : retourner à la Fiorentina pour jouer avec Alberto Gilardino. Sa première saison est un succès puisque Pro Vercelli obtient sa promotion en Serie B. La suite est moins rayonnante. Même si Iemmello participe à la plupart des matchs de l’antichambre italienne, les biancocrociati sont relégués à l’issue de la saison. Une mauvaise nouvelle entraînant une autre, Pantaleo Corvino part de la Fiorentina. Le nouveau directeur sportif, Daniele Prade, ne compte pas sur le jeune attaquant qui reste à Vercelli. Pas pour longtemps puisque Lo Spezia le recrute dans la foulée pour l’envoyer directement à Novara. Il n’y reste finalement que 6 mois pour finalement retourner en prêt dans son ancien club. Toujours pas dans les plans du club portuaire, il démarre la saison 2014-2015 au sein du club de Foggia. Sous les ordres de Roberto De Zerbi, le calabrais enfile les buts comme des perles et devient rapidement le chouchou du public. Il désire rester à tout prix dans le Sud de l’Italie mais Lo Spezia ne le voit de cet œil. Un prêt est même déjà conclu avec l’équipe de Lanciano. Alors Pietro la forte tête réapparaît et, pour forcer la décision, se réfugie chez le directeur du club des Pouilles, Diego Valente.

Il Re di Foggia

Iemmello obtient gain de cause et peut réaliser une seconde saison chez les rossoneri. Un exercice de haute volée qui le voit surtout atteindre la finale des play-offs de Serie C. Mais face à Pisa, la tristesse va rapidement remplacer la joie. En Toscane, Foggia subit une écrasante défaite 4-2 et ne peut que faire match nul dans son antre de la Zaccheria. Pietro fond alors en pleurs pour ce qu’il pensait être son dernier match avec les Satanelli. Il va d’abord vivre une parenthèse de 2 ans en Serie A, avant de revêtir de nouveau la tunique rossonera. Avec Sassuolo et Benevento, Iemmello ne peut montrer son talent que par intermittence, soit barré par un effectif trop fourni, soit à cause d’une équipe dépassée par le niveau de l’élite italienne. De retour à Foggia la saison dernière, Pietro est accueilli comme une rock star. L’expérience tourne au vinaigre car, malgré sa présence, il connaît la relégation avec le club des Pouilles. La suite, on la connaît. Cette année, son statut incontestable de Capocannoniere permet à Perugia de croire aux play-offs. Alors cette après-midi, l’attaquant aura à cœur de démontrer qu’il vaut bien plus que l’antichambre italienne.

Aurélien Bayard



Lire aussi