Icardi au PSG, la meilleure des solutions pour toutes les parties impliquées ?

Par Fabio Pendolino publié le 07 Sep 2019

Le feuilleton Icardi s’est finalement conclu à la toute la fin du mercato, le 2 septembre dernier, lorsque le PSG officialise l’arrivée de l’attaquant argentin en prêt avec option d’achat. Après des mois de discussions et une multitude de grandes déclarations faites à la presse par les différents acteurs de cette telenovela, Mauro Icardi a quitté l’Inter. Pour un an ?

« Que se passerait-il si Icardi venait à rester ? Ce qu’il s’est passé jusqu’à aujourd’hui ». Antonio Conte sourit à la question en conférence de presse d’après match à Cagliari, mais ne démord pas, à l’image du club nerazzurro. Un échange avec Dybala, avec Milik ou un an en tribunes sont autant d’hypothèses qui ont été avancées par les médias sur le futur du bomber. Au lieu de celles-ci, il file en prêt (option d’achat d’environ 70 millions d’euros) à Paris après avoir renouvelé jusqu’en 2022 son contrat avec l’Inter – un fait important à signaler car son contrat précédent expirait en 2020. Au cas où le club français ne levait pas l’option d’achat, les Nerazzurri ne se retrouveraient pas encore avec Icardi en fin de contrat à la fin de la saison suivante.
Comme l’explique sa femme et agent Wanda Nara dans les colonnes du Corriere della Sera, « avec Marotta, nous n’avons accepté une offre qu’au dernier jour du mercato parce que nous ne sommes pas fous. Nous connaissons sa valeur [d’Icardi, NDLR] ».
Avec une valeur nette de 2,5 millions d’euros au 30 juin 2019 selon Calcio e Finanza, une levée d’option d’achat située entre 60 et 70 millions d’euros permettrait à l’Inter d’enregistrer une énorme plus-value, rendue encore plus importante par la prolongation de son contrat (pour le même salaire jusqu’en 2020/2021, il passerait hypothétiquement à 7 millions d’euros nets par saison en 2021/22 au lieu de 5 actuellement, selon Sky Sport).

Masterclass de Marotta ?

Si l’Inter perd potentiellement le huitième meilleur buteur de son histoire et l’un des meilleurs joueurs des effectifs post-Triplete, le fait est que le joueur était considéré comme indésirable au club depuis février / mars dernier. Il est difficile de savoir ce qui s’est réellement passé pour qu’Icardi perde son brassard de capitaine et soit mis à l’écart, de savoir si sa blessure au genou était réelle, tant les versions diffèrent selon qui parle.

Beaucoup estimaient la prise de position radicale du directeur nerazzurro mauvaise, considérant qu’une mise à l’écart si formelle du joueur diminuerait sa valeur. Finalement, même s’il ne s’agit que d’un prêt et qu’il pourrait rentrer à Milan, l’accord trouvé avec les Parisiens rejoint la valeur qu’a Icardi selon le « CIES Football Observatory » (entre 50 et 70 millions d’euros). Aussi, au lieu de vendre un joueur de son talent à un concurrent plus ou moins direct en Serie A, l’envoyer en Ligue 1 semble une meilleure option pour l’Inter. Le fait qu’il soit loin d’Italie paraît aussi être un bon choix tant pour le club que pour le joueur, comme l’explique Wanda Nara : « Choisir le PSG arrive après un an de polémiques et de tensions, il a aussi pris cette décision pour apporter de la tranquillité à ses enfants et sa famille », – des polémiques et tensions que subiraient également l’Inter -.
À 26 ans, passer, au moins, une année dans un club du top 5 européen et qui joue la Champions League, parait nettement mieux que passer la saison en tribunes. Alors que l’agente dit « penser qu’Icardi reviendra jouer en Italie », rester au PSG semble une évidence si le prêt s’avère être un succès. Cavani étant en fin de contrat avec le club de la capitale française, pouvoir signer un top player pour un montant d’environ 70 millions deviendrait une aubaine pour le PSG selon les prestations de l’ex-numéro 9 interista. Réponse en fin de saison.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi