Ibrahimovic et la jeunesse, mélange gagnant pour le Milan AC ?

Par Gilbert Simonutti publié le 05 Nov 2020

Après six journées, le Milan AC est en tête de la Serie A et surfe sur une dynamique qui vient de loin. Parmi les ingrédients de ce succès, un Ibrahimovic en format XXL et une bande de jeunes joueurs talentueux. Et si c’était le cocktail gagnant ?

Sans le petit accroc contre l’AS Roma lors de la 5eme journée (3-3), le Milan de Stefano Pioli aurait déjà 4 points d’avance sur le deuxième, 6 sur la Juventus et 7 sur l’Inter. Néanmoins, les Rossoneri regardent tout le monde de haut et semblent presque inarrêtables. Même dans les difficultés, ils parviennent à sortir leur épingle du jeu et à gagner des matchs qu’ils n’auraient pas gagné avant le confinement (comme celui d’Udine dimanche par exemple). Une confiance en soi qui peut s’expliquer aussi par un mélange détonnant, celui entre un presque quarantenaire hors norme et un groupe de jeunes joueurs talentueux qui le suivent comme un gourou. Le tout donne lieu à cocktail pour l’instant gagnant avec une équipe définie comme la plus jeune des 5 plus grands championnats européens (24.5 ans de moyenne d’âge) chapeauté par Zlatan Ibrahimovic, le joueur impactant le plus âgé des grosses cylindrées italiennes.

Ibrahimovic décisif sur le terrain et en dehors

Dés son arrivé en janvier dernier, Ibra a pris les choses en main dans un rôle de grand frère meneur d’hommes qui lui va comme un gant. Aux paroles, le Suédois a tout de suite fait suivre les actes sur le terrain, chose qu’il continue de faire de mieux en mieux depuis le début du nouvel exercice. 3 doublés contre Bologna, l’Inter et la Roma plus la retournée victorieuse en fin de match sur le terrain de l’Udinese pour un total de 7 buts en 4 matchs de championnat entrecoupé par une absence forcée pour cause de Coronavirus. Depuis son retour à Milan, le Suédois est impliqué dans 23 buts (17 réalisations et 6 passes décisives). Pour ceux qui émettaient des doutes sur la capacité d’Ibrahimovic de revenir à son meilleur niveau après sa parenthèse américaine, les voici servis. L’ancien joueur de l’Ajax n’est cependant pas uniquement le terminal offensif de la machine mise en place par Pioli, il est beaucoup plus que cela. Sur le terrain, il fixe les défenses adverses et donne toujours la bonne solution aux autres joueurs que ce soit Leao dans ses accélérations sur la gauche ou Calhanoglu dans sa recherche d’appuis. En dehors, il porte sur ses larges épaules la pression et les responsabilités qui pourraient faire du mal à un groupe si jeune. A côté de toute cette jeunesse, Zlatan semble lui-même rajeuni.

L’avenir appartient au reste de l’équipe

Dans l’autre sens, les jeunes joueurs du groupe le suivent et l’écoutent en sachant pertinemment qu’il les tirera vers le haut. Une jeunesse cherchée, voulu, par les dirigeants et les recruteurs du club. Une politique ciblée mais pas intransigeante (Ibra mais aussi Kjaer en sont les exemples) qui a porté à Milanello, Bennacer, Theo Hernandez, Rafael Leao et Saelamakers lors de la saison passée et Brahim Diaz, Dalot, Tonali et Hauge lors du dernier mercato. 8 joueurs de 23 ans et moins auquel il faut ajouter Donnarumma formé au club et qui sont déjà tous, a des degrés différents, dans la rotation instaurée par Stefano Pioli. Les 5 plus anciens par ordre d’arrivé au club sont titulaires à part entière, et les autres grappillent avec gourmandises les minutes qui leurs sont offertes dans le 4/2/3/1 devenu immuable pour le coach. Ce système donne des garanties et des certitudes à des joueurs qui petit à petit prennent des responsabilités puisqu’ils ont géré de la meilleure des manières l’absence du maître lors de sa positivité. Lorsqu’ils seront prêts sur le long terme, Ibra pourra tirer sa révérence non sans avoir auparavant réalisé sa prophétie de sa fin de championnat dernier : « Avec moi sur la saison complète, ce Milan-là aurait été champion ». Chiche qu’il va y arriver cette année ?

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi