Hirving Lozano, nouvelle pointure au Napoli

Par Rémi Falvo publié le 28 Août 2019

Hirving Lozano arrive à Naples, avec comme objectif personnel intégrer la formation type de Carlo Ancelotti. Le Napoli se renforce, avec cet achat estimé à 38 millions d’euros, ce qui représente une belle somme. Pourtant, au poste d’ailier, Carlo n’a que l’embarras du choix. Alors pourquoi ce transfert?

Du monde sur le pont

Callejon, Insigne, Fabian Ruiz, Zielinski, Verdi, Ounas, Younès, Mertens. Tous ces noms sont des joueurs pouvant potentiellement évoluer au poste de mezzala, milieu offensif sur un côté. Bien que certains des joueurs cités soient sur le départ, à cette longue liste vient maintenant s’ajouter Hirving Lozano. L’international mexicain est-il venu s’enterrer à Naples? Se faire avaler par la concurrence? Ce n’est pas l’idée de la direction du club, qui n’a pas hésité à considérablement alléger son portefeuille pour se payer ses services. Il est vrai qu’il a très souvent été reproché au Napoli son manque de banc. Pas de ressources nécessaires à des moment clés pour faire souffler les cadres, et avoir un effectif assez frais pour pouvoir tenir dans la distance cette lutte avec la Juventus. C’est très certainement cela qui a fait perdre le Scudetto au Napoli de Sarri en 2017. Le club a donc retenu la leçon, conserve ses cadres, et recrute Lozano. Une chose est sure, un joueur qui se rend dans un nouveau club avec autant de concurrence ne peut qu’avoir un très fort caractère. Ou alors, il est prêt à se satisfaire de son joli salaire de 4 millions d’euros par an, au risque d’être un remplaçant de luxe pour son club. Mais la première option est plus vraisemblable. En effet, quand Lozano rejoint le PSV, il refuse des offres bien plus prestigieuses comme les deux Manchester par exemple. Lors de sa deuxième et dernière saison aux Pays-Bas, il est l’auteur de pas moins de 21 buts et 12 passes décisives. Lozano se pense prêt à affronter ce nouveau défi que représente le Napoli, et affronter la solide concurrence qui s’y trouve.

Mesdames et messieurs, Hirving Lozano

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Hirving Lozano, c’est ce type de joueur, pas très grand (1,75m), vif, et spontané. Le spécialiste des percées au milieu de forêts de jambes, des dribbles chaloupés, se terminant par une frappe très souvent cadrée. Il aime particulièrement le couloir gauche, qui lui permet de repiquer dans l’axe et frapper de son pied droit, qui est le meilleur. A la manière d’un Insigne, finalement. Tout comme ce dernier, Lozano n’hésite pas à allumer dès que l’occasion se présente, et parfois même à se provoquer lui-même cette occasion. Un enflammeur de rencontres, celui qui peut faire basculer le match à tout moment. Un profil comme ça, personne ne crache dessus. Comme Insigne, il prend également pas mal de cartons. Il se fait avertir en moyenne une fois tous les quatre matchs, et s’est fait expulser à deux reprises sous les couleurs du PSV. Mais à 24 ans, tout porte à croire que le héros du match Allemagne-Mexique de la coupe du monde 2018 va entrer dans la meilleure phase de sa carrière. Et si le Napoli en bénéficiait, tout le monde serait gagnant. Notamment son agent Mino Raiola, qui s’est pris une commission de 5 millions d’euros au passage sur le transfert de son protégé… Il n’empêche que, ce transfert, bien qu’incohérent pour certains, a de la gueule. Il respecte la tradition Napolitaine voulant que les joueurs Sud-Américains s’y trouvent bien et écrivent l’Histoire azzurra. Les exemples viennent à l’esprit d’eux-mêmes, pas besoin de les énumérer. Tout un ensemble de choses qui font que Hirving Lozano sera une des curiosités, un des joueurs à suivre au cours de cette nouvelle saison.

Rémi Falvo

Rédacteur



Lire aussi