Hakimi, Hernandez, Gosens, Dimarco : en Italie, les latéraux sont enfin de classe mondiale

Par Yacine Ouali publié le 17 Jan 2021

Sur la dernière décennie, le championnat italien s’est fait distancer sur la tactique et de l’intensité. Le calcio, à part une Juventus qui a réussi à briller en Europe, a mis du temps à prendre le virage du football moderne. Depuis trois saisons cependant, plusieurs clubs semblent enfin comme avoir digéré cette transition. Le renouveau tactique et technique des latéraux de Serie A en est la meilleure preuve.

Des latéraux qui couvrent toute la longueur du terrain

Jusqu’à 2017, même la Juventus disposait de latéraux qui n’étaient pas tout à fait rompus aux nouveaux codes de la modernité, à savoir le fait d’avoir des capacités défensives comme offensives, et de couvrir tout un côté. Cela a changé en Italie avec l’arrivée d’Alves et Sandro à Turin. Les deux brésiliens ont montré la voie et mené la Juventus en finale de la Champions League 2017, en mélangeant rigueur défensive et explosivité devant.

Aujourd’hui, ce type de latéral pullule en Serie A. L’un des meilleurs exemples est l’Atalanta, qui avec Hateboer et Gosens apporte constamment du surnombre. Le but de Gosens contre l’AS Roma en témoigne, avec une couverture de côté qui va de la défense à l’attaque en très peu de temps :

Première étape : Gosens, tout à gauche, observe l’action en se positionnant sur son côté

Deuxième étape : Gosens commence à sentir une occasion, mais reste tout de même à gauche pour protéger son côté en cas de contre

Dernière étape : Gosens sens définitivement le centre, pénètre dans la surface, passe devant le défenseur et le gardien et marque

Mais désormais, ce sont le plupart des clubs italiens qui recherchent ce genre de profil. Ainsi, le Milan AC profite des services de l’excellent Theo Hernandez, qui totalise déjà 4 buts et 3 passes décisives cette saison. L’Inter a cassé sa tirelire cet été pour s’offrir le marocain Hakimi, qui fait encore mieux avec 6 buts et 4 passes.

Plus bas dans le classement, la Lazio profite de la faste période de Lazzari, qui a grandement participé à la victoire 3-0 dans le derby romain (1 passe décisive, il amène aussi le but d’Immobile), l’AS. La Juventus se délecte elle des grandes chevauchées de Cuadrado.

Que ce soit dans des 3-5-2, des 4-4-2 ou des 4-3-3, les latéraux de Serie A s’affirment de plus en plus comme les leaders offensifs de leurs équipes sur les côtés, profitant soit d’un couloir libre, ou alors d’ailiers offensifs qui repiquent beaucoup, et leur laissent ainsi les clés du côté (Ramsey, Kulusevki, Castillejo…).

Des latéraux qui jouent aussi le rôle de meneur excentré

Outre les qualités mentionnées ci-dessus, les latéraux de Serie A dégagent aussi une autre tendance : la prise d’importance dans le jeu des meneurs excentrés.

L’un des meilleurs exemples est le latéral gauche Federico Dimarco, qui fait les beaux jours de l’Hellas cette saison. Dans le 3-4-3 d’Ivan Juric, l’italien excelle dans l’utilisation du ballon pour orienter le jeu, comme une sorte de regista très excentré. Lors de la récente victoire de l’Hellas contre Crotone (2-1), Dimarco en a fait la démonstration sur son but :

Première étape : Dimarco reçoit le ballon au milieu, en position de meneur

Deuxième étape : Dimarco porte le ballon vers l’avant, et provoque deux combinaisons à gauche

Dernière étape : Dimarco finit dans la surface, et marque dans le petit filet opposé

Dimarco le montre donc, les latéraux de Serie A participent de plus en plus au jeu en meneurs excentrés. Le joueur de l’Hellas n’est pas le seul à le faire : Gosens, qui joue déjà à merveille le rôle de piston, porte aussi le ballon avec aisance.

Les latéraux de ce type existent surtout dans les équipes à 3 défenseurs, où ils ont le côté à eux seuls. C’est la formation dans laquelle jouent l’Hellas et l’Atalanta, mais aussi l’Inter avec Hakimi, l’AS Roma avec Spinazzola ou encore l’Udinese avec Larsen.

Ainsi, le calcio semble enfin disposer de latéraux modernes et de classe mondiale. Reste maintenant à le confirmer au plus haut niveau européen.

Yacine Ouali



Lire aussi