Guide de la saison 2015-2016 : Juventus

Par Nicolas Portais publié le 02 Sep 2015
Crédits

juventus

L’OBJECTIF DE LA SAISON : LA CONTINUITÉ DANS LE CHANGEMENT

Après une première au-delà des espérances (doublé Coupe-Championnat, finale de Champions League) sous la houlette de Max Allegri, la direction du club a décidé d’embrayer sur un chantier au moins aussi périlleux que celui du changement d’entraîneur : celui du rajeunissement de l’effectif. Exit quelques stars des années écoulées (Tévez, Pirlo, Vidal), et place à de nouveaux protagonistes. L’objectif principal reste bien entendu de conquérir un nouveau scudetto (qui serait le cinquième consécutif). Eu égard aux chamboulements dans l’effectif, il parait prématuré d’espérer réitérer immédiatement le parcours de l’an passé en Champions League. On espère donc du côté de Turin être suffisamment compétitif en Serie A, en tablant sur une équipe qui arrivera probablement à maturité dans deux ou trois ans pour aller quelque chose sur la scène européenne.

LE MERCATO

Arrivées : Lemina (prêté par Marseille), Cuadrado (prêté par Chelsea), Alex Sandro (acheté à Porto), Zaza (fin de copropriété avec Sassuolo), Neto (laissé libre par la Fiorentina), Vadala (prêté par Boca Juniors), Khedira (laissé libre par le Real Madrid), Rugani (retour de prêt d’Empoli), Mandzukic (acheté à l’Atlético Madrid), Dybala (acheté à Palermo), Hernanes (acheté à l’Inter).

Départs : De Ceglie (prêté à Marseille), Coman (prêté au Bayern Münich), Llorente (laissé libre au FC Séville), Pepe (fin de contrat, Chievo), Tévez (vendu à Boca Juniors), Ogbonna (vendu à West Ham), Marrone (prêté à Carpi), Pirlo (laissé libre au New York City FC), Storari (laissé libre à Cagliari), Matri (fin de prêt du Milan AC), Rômulo (fin de prêt du Hellas Verona), Vidal (vendu au Bayern Münich).

Autres opérations : Sorensen (de retour de prêt de l’Hellas puis vendu à Cologne), Isla (de retour de prêt des Queens Park Rangers puis prêté à Marseille), Bouy (de retour de prêt du Panathinïkos puis prêté au PEC Zwolle), Cerri (laissé libre par Parma puis prêté à Cagliari), Berardi (fin de copropriété avec Sassuolo).

De grands noms ont ainsi quitté le club (ainsi que les joueurs non-désirés par Allegri), certains gratuitement d’ailleurs. Une façon de remercier Pirlo ou Llorente par exemple, mais également d’économiser sur la masse salariale. De ceux partis contre espèces sonnantes et trébuchantes, seule la vente d’Arturo Vidal a finalement permis une rentrée notable de liquidités. Des joueurs ayant besoin de se relancer (Khedira, Mandzukic, Cuadrado, Hernanes) ont eux fait le chemin inverse, tandis qu’on note quelques paris sur l’avenir plus (Dybala) ou moins (Lemina) onéreux. Enfin, concernant la transaction Kingsley Coman, la Juve devrait tirer quelques marrons du feu, avec en point de mire une belle plus-value (du fait d’une option d’achat conséquente) pour un joueur arrivé gratuitement il y a un an.

LA RECRUE PHARE : ALEX SANDRO

Andrea Agnelli et Giuseppe Marrotta n’ont pas lésiné pour attirer le latéral brésilien en Italie, au moment ou d’autres clubs se bousculaient au portillon. 26 M€ lâchés au FC Porto cet été, un investissement conséquent pour un joueur que beaucoup voient déjà comme l’un des futurs très grands à son poste. On reconnait évidemment la patte des Portugais dans cette transaction (toujours capables de tirer un maximum d’argent de leurs étoiles montantes), beaucoup moins celle des Italiens, qui ont littéralement cassé leur tirelire sur ce coup-là. Alex Sandro a tellement tapé dans l’œil de la Vieille Dame que les dirigeants ont éconduit au dernier moment Guilherme Siqueira, alors sur le point de faire ses valises pour Turin, pour enrôler sur le fil celui qui restait sous contrat pour encore un an avec les Dragons.

LA RECRUE FARCE : HERNANES

Approché dans les dernières encablures du mercato, le « Prophète » ne doit son arrivée dans le Piémont qu’aux échecs successifs de la direction pour tenter de recruter un meneur de jeu. Après avoir essuyé des revers dans les dossiers Götze puis Draxler, la Juve s’est rabattue sur le Brésilien qui n’aura pas pu être constant sous les couleurs de l’Inter. Un choix un peu par défaut donc, qui se porte sur un joueur certes intéressant tactiquement, mais plus aussi en vue que lors de ses années laziales. Saura-t-il rebondir ? On demande à voir. Il risque par ailleurs de souffrir de la concurrence avec l’Argentin Pereyra, qui a lui d’énormes qualités de vitesse à faire valoir.

L’EFFECTIF

Le secteur des gardiens a vu le départ de l’emblématique doublure Storari, qui est remplacé par l’ancien de la Fiorentina Neto. Gigi Buffon reste à jamais numéro un, au même titre que Rubinho restera à jamais le troisième larron.

Quasiment l’ensemble des défenseurs de l’an passé ont été confirmés. Le prometteur Rugani remplace Ogbonna dans son rôle de cinquième défenseur central. Pour le reste, la hiérarchie demeure inchangée, avec Bonucci-Chiellini dans l’axe en cas de défense à quatre, et ces deux mêmes en cas de schéma à trois centraux (assortis d’un ballottage entre Barzagli et Caceres pour les accompagner). Sur le côté droit, en 3-5-2 comme en 4-3-1-2, Stephan Lichtsteiner demeure le patron : il sera suppléé au choix par Caceres, Padoin, voire Cuadrado dans registre plus offensif. À gauche, Evra semble maintenu dans ses fonctions, mais attention à la rude concurrence d’Alex Sandro (que les dirigeants n’ont sûrement pas acheté si cher pour le voir croupir sur le banc). En cas d’hécatombe, Allegri pourra également compter sur Asamoah, Caceres ou Padoin.

Au milieu, Marchisio reprend comme prévu le flambeau de Maître Pirlo devant la défense. L’autre incontournable de l’entre-jeu sera bien entendu Paul Pogba. Recrue de choix, l’Allemand Khedira semble en pôle position pour les accompagner. L’arrivée d’Alex Sandro en défense devrait permettre à Allegri d’utiliser Asamoah au poste de milieu relayeur (le sien avant son arrivée à Turin). L’entraîneur toscan pourra également compter sur les jeunes Sturaro et Lemina (mais ceux-ci vont devoir batailler ferme pour glaner du temps de jeu face à ces internationaux confirmés) et le tout-terrain Padoin. À voir si le jeune Vitale se verra lui aussi offrir l’occasion de s’exprimer. Dans un schéma tactique avec un milieu en losange, le choix numéro un du mister, pour le poste de trequartista, devrait logiquement se porter sur Roberto Pereyra (qui a déjà donné des garanties l’an passé). À  noter que l’Argentin peut également évoluer un cran plus bas. Arrivent ensuite HernanesCuadrado, et enfin Vadala (peu de chances cela dit de voir un si jeune joueur à l’oeuvre).

Enfin, le secteur offensif, compartiment de jeu à avoir enregistré le plus de chamboulements : cette saison devrait consacrer Alvaro Morata comme leader de l’attaque. En complément de l’Espagnol, Allegri devra choisir entre un profil à la Tévez (Dybala) et un profil à la Llorente (Mandzukic), pour rester dans les repères de l’an passé. Plus loin dans la hiérarchie se trouve Simone Zaza, pas vraiment à son avantage lors de la préparation estivale. Sur tous les fronts décidément, Cuadrado peut également prétendre à une place au poste d’attaquant de soutien au cas où.

L’ENTRAÎNEUR : MASSIMILLIANO ALLEGRI

Spécialiste des secondes saisons ratées sur un banc, il bénéficie néanmoins sur la ligne de départ d’un énorme crédit. La superbe saison précédente est encore dans les mémoires, celle-là même qui lui a permis de clouer le bec à ses détracteurs et se forger une stature européenne. Au vu des sommes dépensées de cet été, on ose espérer qu’il a été satisfait dans ses attentes. On connaît désormais bien ses aspirations tactiques : un 4-3-1-2 qui fait la part belle à la vitesse de ses joueurs offensifs, ainsi qu’un soupçon de 3-5-2 (hérité d’Antonio Conte) quand l’effectif à disposition se trouve amoindri, ou quand il s’agit de verrouiller le score en fin de rencontre. Au niveau de la gestion du groupe, se méthode plus en douceur que son prédécesseur a fait merveille l’an passé, mais sera-t-elle la bonne pour insuffler « l’esprit Juve » aux nouveaux arrivants et remobiliser les anciens ? Le mystère demeure pour l’instant entier, à en juger par les premières sorties de son équipe.

L’ÉQUIPE TYPE




🔥 Les sujets chauds du jour :

Le budget mercato XXL offert à Antonio Conte

Luciano Spalletti évoque la préparation de l’Italie pour l’Euro 2024

La Juventus veut s’offrir Giovanni Di Lorenzo

Massimiliano Allegri annoncé en Arabie Saoudite

Le Milan AC n’abdique pas pour Joshua Zirkzee

Avatar

Nicolas Portais

Rédacteur Juventus



Derniers articles