Guide de la saison 2015-2016 : Inter

Par Giuliano Depasquale publié le 03 Sep 2015

inter

OBJECTIF DE LA SAISON : LE PODIUM ET RIEN D’AUTRE

Cette fois, l’Inter n’a plus le droit à l’erreur. Mancini et ses hommes devront impérativement accrocher le wagon pour la Champions League, quatre saisons après l’avoir quittée.

LE MERCATO

Arrivées : Kondogbia (acheté à Monaco), Murillo (acheté à Grenade), Perisic (acheté à Wolfsburg), Felipe Melo (acheté à Galatasaray), Miranda (prêté par l’Atletico Madrid), Jovetic (prêté par Manchester City), Ljajic (prêté par l’AS Roma), Telles (prêté par Galatasaray), Montoya (prêté par Barcelone), Biabiany (libre), Ray Manaj (acheté à la Cremonese)

Départs : Kovacic (vendu au Real Madrid), Shaqiri (vendu à Stoke City), Hernanes (vendu à la Juventus), Obi (vendu au Torino), Kuzmanovic (vendu à Bâle), Krhin (vendu à Grenade), Andreolli (prêté à Séville), Podolski (fin de prêt), Puscas (prêté à Bari), Campagnaro (libre) Jonathan (libre), Felipe (libre)

Autres opérations : Taider (rentré de Sassuolo et prêté à Bologna), Alvarez (option d’achat levée par Sunderland), Schelotto (rentré du Chievo et contrat résilié), Botta (rentré du Chievo et vendu à Pachuca)

C’est une véritable révolution que les dirigeants ont opérée dans l’effectif. Les problèmes liés à certains postes ont, en théorie, été résolus et le banc a également été renforcé. Mancini se plaignait encore récemment que le nombre d’éléments offensifs était faible et qu’il manquait un défenseur gauche. Sa requête a été entendue, puisque Perisic, Ljajic et Telles ont été transférés. Désormais, grâce à cette campagne de recrutement plus que complète, les solutions abondent dans chaque secteur. Il fallait bien ça pour que le club mette toutes les chances de son côté afin de retrouver son statut de compétiteur européen.

LA RECRUE PHARE : STEVAN JOVETIC

Kondogbia aurait très bien pu être la recrue phare de l’Inter, mais, au vu des résultats des deux premières journées, nommer Jovetic est plus légitime. L’ancien de la Viola offre réellement un plus au secteur offensif, même en l’absence d’Icardi. Bentornato Jojo !

LA RECRUE FARCE : FELIPE MELO

A la recherche d’un médian supplémentaire, les dirigeants n’ont pas trouvé mieux que l’ancien de la Juventus et de la Fiorentina. Même si ses années au Galatasaray ont été bonnes, pas certain qu’il soit très utile dans un secteur qui a déjà ses habitués.

L’EFFECTIF

Au niveau des gardiens, aucun changement n’a été effectué, que ce soit dans les trois noms ou dans la hiérarchie. Handanovic est bien évidemment toujours le numéro 1, tandis que Carrizo le secondera avec Berni derrière lui. Et puis, si ce n’était pas assez, Palacio et Felipe Melo ont déjà montré qu’ils possédaient quelques bons réflexes.

Par contre, dans le secteur défensif, le quatuor a été presque intégralement remanié. Presque, car Santon résiste encore et toujours à la concurrence. Sinon, Ranocchia et Juan Jesus ont été priés de laisser la charnière centrale au duo Murillo-Miranda. Et bien que le jeune brésilien ait été déplacé sur le côté gauche, Telles pourrait vite l’envoyer rejoindre l’ancien capitaine sur le banc. Les possibilités restent tout de même larges, car Nagatomo, D’Ambrosio et Dodo’ (blessé actuellement) sont encore à la disposition du coach. Il ne faut pas non plus oublier Montoya, qui n’attend qu’à faire ses preuves avec les Milanais. Quant à Vidic, il ne figure même pas dans la liste des 25

Même chose dans le milieu de terrain. Au revoir Kuzmanovic, Kovacic et Hernanes. Bonjour Kondogbia et Felipe Melo. Si le Français est déjà assuré de figurer à chaque fois dans le onze de départ avec Medel, il en est autrement du Brésilien. Ainsi, il devra batailler au même titre que Guarin et Brozovic pour un éventuel troisième poste de médian, tout dépendra du choix tactique de Mancini. Et si aucun n’apporte satisfaction, Gnoukouri guette son tour.

L’attaque est sans doute le secteur qui offre le plus de choix. Si Icardi reste indétrônable en pointe, le sort des autres joueurs dépendra de nouveau de la tactique mise en place. En 4-2-3-1, Palacio, Jovetic et Perisic pourraient y trouver leur compte. Mais, en 4-3-3, les deux derniers cités seront sans doute privilégiés. Le dernier choix serait alors Ljajic.

L’ENTRAÎNEUR : ROBERTO MANCINI

Appelé pour remplacer Mazzarri en novembre passé, l’ancien joueur de la Lazio et de la Sampdoria avait fait ce qu’il pouvait avec les moyens qu’il avait pour au moins accrocher une place pour l’Europe. Raté, on recommence depuis le début avec plus qu’une volonté, une obligation de se qualifier pour la prochaine Champions League. Néanmoins, le Mancio ne sait pas encore exactement ce qu’il veut au niveau de la tactique. Cet été, il est passé par presque toutes les formations, utilisant même une défense à cinq lors de quelques fins de matchs. Mais, maintenant que tous les renforts sont arrivés, il privilégiera certainement un 4-2-3-1 ou un 4-3-3.

L’ÉQUIPE-TYPE

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi