Gollini peut-il viser plus haut en Nazionale ?

Par Nicolas Segura publié le 10 Oct 2019

C’est ainsi depuis quelques temps, quatre gardiens sont sélectionnés avec la Nazionale. Ainsi, depuis que Mancini est sélectionneur, Pierluigi Gollini est à chaque fois appelé. La blessure de Cragno a sûrement profité au portier de l’Atalanta, qui doit faire face à la rude concurrence au poste de gardien en Nazionale. L’ascension de Meret et la renaissance de Sirigu placent Gollini loin dans la hiérarchie. Le natif de Bologne mérite malgré tout sa place, il a été un des protagonistes lors de la saison dernière avec l’Atalanta.

De Manchester à Bergame

Avant de devenir un titulaire indiscutable en Lombardie, Pierluigi Gollini a pendant quelques temps voyagé entre l’Angleterre et l’Italie. Il a débuté chez les jeunes à la SPAL, où il a attiré l’attention de la Fiorentina, qui l’a recruté en 2010. Deux ans après, il part à Manchester United. Il garde par ailleurs un souvenir très particulier de son passage chez les Red Devils : « Il y a une sorte de régime militaire avec des règles absurdes. En hiver, on n’a pas le droit aux gants, aux bonnets, aux longues manches. Certains coéquipiers mourraient de froid » (propos relayés par la Gazzetta dello Sport en 2018). Cette dure expérience l’a aidé à grandir mentalement. Gollini est ensuite passé professionnel à l’Hellas, club dans lequel il a débuté en Serie A à 19 ans. Il devient titulaire l’année suivante. Il retourne en Angleterre, en Championship cette fois là, à Aston Villa, où il est entraîné par un certain Roberto Di Matteo. Là, il n’arrive pas à s’imposer. Il se dirige donc à l’Atalanta en prêt avec option d’achat. Sa première année chez les Orobici est convaincante et l’option est levée. Conquérant une place de titulaire au profit de Berisha, il est désormais l’un des meilleurs gardiens italiens. Et c’est tout à son honneur.

Une concurrence rude

Gollini est passé par beaucoup de sélections de jeunes. Des U18 aux Espoirs, il a 20 matchs au compteur. Chez les séniors, le titulaire est évidemment Donnarumma. S’il y a bien un poste où la Nazionale ne peut pas se plaindre, c’est bien dans les cages. Donnarumma est donc le numéro un, derrière Sirigu apparaît comme l’alternative sûre. Mais sachant que la campagne de qualifications se passe bien, Mancini peut-il avoir le cran de faire tourner à ce poste ? Aujourd’hui, le portier de l’Atalanta revient de loin. Son niveau avec son club lui permet d’être appelé en sélection, mais peut-il rêver plus ?

S’il paraît impensable pour l’instant de le mettre titulaire avec l’Italie, le voir jouer quelques matchs n’est pas impossible, mais c’est tout de même peu probable. Sirigu est le numéro deux et, à moins d’une blessure, il jouera à la place de Donnarumma dans les cages en rotation. Ne pas oublier Alex Meret, qui mérite également sa chance, il réalise un très bon début de saison avec le Napoli. Ce dernier profite de l’absence de Cragno pour s’affirmer. Le gardien de Cagliari s’est gravement blessé et ne reviendra pas avant 2020. Un concours de circonstances qui amène Meret et Gollini à se disputer la place de troisième gardien. Le premier est titulaire au Napoli et a deux ans de moins que son coéquipier en Nazionale. La balance semble donc pencher du côté du Napolitain. Mais la résurrection de Gollini après son échec à Aston Villa joue en sa faveur et son bon parcours à l’Atalanta mérite d’être récompensé.

Nicolas Segura



Lire aussi