Giovinco : fin du rêve américain

Par Bruno Ianigro publié le 25 Fév 2019

Sebastian Giovinco a quitté la Série A en 2015 pour débuter un périple au Canada et le poursuivre désormais en Arabie Saoudite. Son véritable succès américain lui permet de conserver une notoriété mondiale qu’il compte bien faire perdurer pour retenir l’attention en Italie.

La love story Américaine

Arrivé à Toronto après des expériences diverses en Serie A, notamment dans son club de cœur la Juventus, il va rapidement trouver ses marques en MLS. Sa première saison est tout bonnement exceptionnelle et est conclu par un titre de Meilleur Joueur. Le niveau de la MLS est nettement inférieur au championnat italien, connu par Giovinco. Les règles en matière de Salary Cap ne permettent pas aux équipes de constituer des effectifs à coup de millions. Cependant la franchise Canadienne va se donner les moyens nécessaires pour se constituer une attaque de feu. Autorisé à n’offrir des salaires conséquents qu’à seulement 3 joueurs, appelés Designated Player, Toronto va recruter lors du même mercato que Sebastian, Michael Bradley et Jozy Altidore qui vont être de précieux soutiens. Ce dernier va permettre à la Formica Atomica d’exprimer pleinement son potentiel. Les deux profils sont complémentaires. Altidore possède un physique imposant et constitue un véritable point d’appui pour Sebastian. Il dispose d’une totale liberté pour guider l’attaque. Il se charge des coups de pied arrêtés et gratifiera le public de coup-francs somptueux. Le petit lutin italien va alors enchainer les buts et passes décisives et va mener Toronto au titre suprême en 2017. Malgré les envies du joueur de finir sa carrière à Toronto, il n’en n’aura malheureusement pas l’occasion suite à des négociations de renouvellement de contrat particulièrement difficile. Le joueur va vivre cela comme un manque de respect de la part de la franchise et va donc aller découvrir un nouveau championnat.

L’Arabie Saoudite, un choix par défaut ? Adieu la Serie A ?

Exit donc la MLS et bienvenu en Saudi Professional League. Sebastian atterrit au club de la capital : Al Hilal tenant du titre. Malgré les offres venant de Chine, il va signer un contrat de 10 millions d’euros par saison avec le club de Riyad. Le joueur se fixe un objectif : être le premier joueur à gagner un championnat européen, le championnat nord-américain et le championnat d’Arabie Saoudite. Sebastian se rend là-bas pour y gagner !

Avec cet exil sur le continent Asiatique, difficile d’imaginer un retour en sélection, lui qui a été réclamé par toute une frange des tifosi, las des prestations médiocres des autres attaquants avec le maillot italien. En effet le nouveau numéro 9 possède encore une côte élevée en Italie et il est clair qu’un retour dans la Botte lui aurait permis de se rapprocher de la sélection. Des joueurs au profil similaire foulent les terrains de Serie A chaque week-end. Giovinco possède des caractéristiques similaires à des joueurs comme Papu Gomez et Lorenzo Insigne, tous deux titulaires dans leur club respectif. Alors pourquoi pas lui ? Joueur capable, de provoquer balle au pied, combiner avec ses compères d’attaque ou encore décrocher de lourdes frappes, la Formica Atomica aurait pu rendre de nombreux services à bon nombre de club de Serie A mais visiblement aucun n’a voulu tenter ce pari. Nul ne sait si, après cette escapade sous le soleil de Riyad, Sebastian souhaitera revenir là ou tout a commencé.

Bruno Ianigro



Lire aussi